BFM Business

Essai - Kia Rio, ou la Clio moins chère

Kia commercialise en ce début d'année sa 4ème génération de Rio. Le modèle est apparu en 2000, avant d'être renouvelée en 2005 et 2011.

Kia commercialise en ce début d'année sa 4ème génération de Rio. Le modèle est apparu en 2000, avant d'être renouvelée en 2005 et 2011. - JB

Kia renouvelle cette année sa citadine polyvalente, la Rio. Si la Rio est jusqu'ici le maillon faible en concession, la marque coréenne compte bien inverser la tendance avec cette nouvelle génération face aux Clio, 208 ou C3. Trop gourmande, la Kia Rio?

Dans la guerre des citadines polyvalentes, ces petites voitures qui aiment autant la ville que l'autoroute, voici un nouveau soldat: la Kia Rio. Présentée au Mondial, cette 4e génération de Rio rejoint depuis le début de l'année en concession les nouvelles Citroën C3, Nissan Micra ou encore la Renault Clio restylée. La concurrence est donc rude dans cette catégorie, la plus vendue en Europe ces dernières années: tous les constructeurs veulent leur part du gâteau. 

Mais pourquoi... la Kia Rio?

C'est notamment le cas en France, où les constructeurs nationaux règnent en maître. Si dans le monde se vendent plus de Kia Rio que de Renault Clio, dans l'Hexagone, Renault Clio, Peugeot 208 et Citroën C3 trustent 53% des ventes des citadines polyvalentes. Les clients ne connaissent pas la Kia Rio: certes en fin de vie, elle se vend moins bien que les autres modèles de la marque, SUV Sportage et compacte Cee'd en tête. Surtout, alors que la Ford Fiesta officie depuis 1976, et la Cio depuis 1990, la Rio n'est apparue qu'en 2000.

Chez Kia, on veut donc profiter de l'engouement autour des Clio et consorts pour monter en puissance. Ce sera d'ailleurs une année chargée, avec, après cette Rio, la nouvelle Picanto sur le segment inférieur des micros-citadines, la bombe surprise, la Stinger, en septembre, et une voiture de volumes (a priori un SUV compact) dévoilée à la rentrée.

Sur cette Rio, Kia proposera également deux essence atmosphérique, 1.2 et 1.4 litres (84 et 100 chevaux), et un diesel avec le 1.4 litre CRDi de 90 chevaux.
Sur cette Rio, Kia proposera également deux essence atmosphérique, 1.2 et 1.4 litres (84 et 100 chevaux), et un diesel avec le 1.4 litre CRDi de 90 chevaux. © JB

Derrière le volant

Avant de grimper à bord, on constate que le design n'a que peu évolué par rapport à la précédente génération, peut-être peu plus agressif, avec une face avant modifiée, l’apparition d'un becquet et d'un faux diffuseur à l'arrière. Tout cela renforce le dynamisme affiché par ce modèle, un point positif. Ensuite, le nez de tigre ("Tiger Nose"), la signature Kia sur la calandre à l'avant, on aime ou on n'aime pas.

Côté mensurations, cette 4e génération prend ses aises, à 4,065 mètres, elle est légèrement plus grande que les dernières Micra et C3. Le coffre est également un peu plus grand. "LE" truc en plus (plus de détails ci-dessous): l'empattement prend aussi 10 mm, les passagers gagnent en place à l'avant comme à l'arrière.

Une fois au volant, la Rio ne trahit pas l'apparence plus fluide de son design. Sur notre modèle d'essai, nous avons ainsi découvert le récent moteur 3 cylindres T-GDi (turbo à injection directe d'essence) de 100 chevaux. Sans être une bombe de puissance, il se montre tout à fait à la hauteur pour ne pas se sentir à la traîne et même prendre un minimum de plaisir sur les petites routes. La tenue de route de la nouvelle Rio se révèle également bonne et la direction agréable. Grâce à un nouveau châssis et à de nouvelles suspensions avant, la Rio a surtout fait de gros progrès en comportement routier.

Le moteur 1.0 T-GDi, un bon compromis ente puissance et consommation maîtirsée
Le moteur 1.0 T-GDi, un bon compromis ente puissance et consommation maîtirsée © JB

"LE" truc en plus: un intérieur sobre et efficace

Au delà du comportement routier, l'autre grande évolution, c'est l'habitacle. L'espace à bord a été clairement optimisé, à l'avant comme à l'arrière, avec plus de place et un port USB accessible pour recharger ses appareils mobiles. Un bon point pour la coréenne pour une offre encore trop rare sur ce segment.

Pour rester dans la connectivité, les équipements sont au niveau, avec Apple Carplay et Android Auto. L'interface tactile, fluide et facile à prendre en main, apparaît ainsi comme un indispensable. L'écran 7 pouces est proposé en option à partir du deuxième niveau de finition et inclus ensuite. Des touches dédiées à différentes fonctions clés comme la navigation et les médias permettent d'éviter d'avoir à repasser par un menu. Avec ses nombreux boutons, le volant peut dérouter à première vue, mais l'organisation avec "audio et appels à gauche", régulateurs et autres réglages de conduite à droite permet de s'y retrouver facilement.

L'intérieur gagne en modernité et intègre désormais un écran tactile de 7 pouces
L'intérieur gagne en modernité et intègre désormais un écran tactile de 7 pouces © JB

"LE" chiffre: 7

Chez Kia, c'est un peu le chiffre porte-bonheur et qu'on n'hésite pas à mettre en avant. Les 7 ans de garantie, kilométrage illimité, sont en effet de toutes les publicités de la marque coréenne et représente un argument de choix en termes de fiabilité.

Kia ajoute également 7 ans de mise à jour de la cartographie et des services connectés avec accès à l'info trafic Tom Tom Live. Une offre claire et simple qui pourrait séduire un public qui veut profiter de services inclus, sans avoir à reprendre un abonnement payant dans les premières années de possession du véhicule. Face aux françaises, le véritable avantage tient donc à son rapport qualité-prix, comme une Skoda Fabia.

Notre modèle d'essai : Kia Rio avec le moteur 1.0 T-GDi de 100 chevaux (essence) et jantes 17 pouces (équivalent finition Premium/Launch Edition). Prix estimé pour la France: entre 17.590 et 19.590 euros.

Julien Bonnet