BFM Auto

En 2025, l'armée française disposera d'un blindé hybride

Une version hybride du Griffon sera livrée à l'armée de Terre en 2025

Une version hybride du Griffon sera livrée à l'armée de Terre en 2025 - AFP

En 2022, le démonstrateur d'une version hybride du blindé de type Griffon sera testé pour une entrée en service en 2025.

Il n'y aura pas de Rafale "vert", avait confirmé sur BFM Business le patron de Dassault. Par contre, l'armée de Terre disposera dès 2025 d'un blindé hybride et pas n'importe lequel. Il s'agit en effet du Griffon, le successeur du Véhicule d'avant blindé (VAB) en cours de déploiement dans les unités.

Le projet a été dévoilé récemment par le ministère des Armées qui a annoncé qu'un démonstrateur (un prototype à valider, en langage militaire) sera présenté en 2022 pour des livraisons dès 2025.

Décliné en plusieurs versions, ce véhicule connecté -développé par les industriels français Nexter, Arquus et Thales, dans le cadre du programme Scorpion- sera donc aussi un hybride propulsé à l'hydrogène en plus du carburant traditionnel.

Camions propres et avions au biocarburant

Ce type de motorisation offre plusieurs avantages pour les militaires. Il optimise l'aspect furtif du véhicule qui pourra circuler plus discrètement lors d'opérations. Mais surtout, il s'inscrit dans le plan énergétique présenté début juillet par Florence Parly.

La défense représente 0,3% de la consommation nationale d'énergie du pays et un budget annuel de 840 millions d’euros. L'objectif de cette stratégie est de réduire les frais et la consommation en énergie fossile de 40% d'ici 2040. Pour mesurer cette baisse, un logiciel mesurera dès 2021 la consommation énergétique des militaires.

L'ensemble des véhicules serait concerné par cette transition écologique. En parallèle du Griffon, Les Echos dévoilent que le prochain appel d'offres pour le remplacement des 7000 camions de l'armée de terre pourrait être "l'occasion de relancer les recherches sur des camions plus propres".

Cette volonté de réduire les émissions pourraient même être affichée lors du défilé du 14 juillet. Les avions qui sillonneront le ciel de Paris pourraient utiliser à cette occasion deux-tiers d'agrocarburant et un tiers de kérosène.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco