BFM Auto

Contrôle technique: pourquoi votre voiture a été recalée en 2018?

En 2018, le contrôle technique a changé avec une hausse significative du nombre de contre-visites.

En 2018, le contrôle technique a changé avec une hausse significative du nombre de contre-visites. - Michèle Fayau - AFP

Le contrôle technique nouvelle version, c'est 24% en plus de contre-visites. En tête des raisons de cette deuxième visite: les problèmes d'éclairage arrivent en tête.

Le durcissement du contrôle technique l'an dernier a donné lieu à une hausse de 24% du nombre de contre-visites. Sur la période du 20 au 31 décembre, on notait ainsi un peu plus d'un véhicule sur cinq (21,51%) recalé à cet examen obligatoire tous les deux ans, quatre années après la première mise en circulation du véhicule. Mais quelles ont été les causes de ces contre-visites? 

Les phares à surveiller

D'après le dernier rapport de l'OTC (l'organisme technique central, qui supervise l'état du parc automobile français), ce sont les problèmes liés aux "feux, dispositifs réfléchissants et équipements électriques" qui arrivent en tête avec 10,88% de non-conformité. L'orientation des feux de croisement revient le plus souvent avec un défaut constaté sur 5,83% des véhicules particuliers et 6,71% des utilitaires légers contrôlés.

Juste derrière, en deuxième position, on retrouve les problèmes liés aux "essieux, roues, pneus, suspensions" qui reviennent dans 10,62% des contrôles. Un problème de "pneumatique gravement endommagé, entaillé ou au montage inadapté" revient sur 2,96% des véhicules contrôlés, devant "un indicateur d'usure de la profondeur des sculptures atteint", à 2,26% et une usure excessive des rotules de suspension, à 1,57%.

Les "nuisances" en troisième position

Moins fréquentes, les "nuisances" figurent en troisième position. Elles sont évoquées dans 6,88% des contre-visites. On y retrouve principalement des problèmes liés aux émissions de CO2 qui dépassent les niveaux réglementaires (3,17%), des pertes de liquide susceptible de porter atteinte à l'environnement ou constituant un risque pour la sécurité des autres usagers de la route" (2,26%). 

Les problèmes liés au freinage (6,05% des contre-visites) et au châssis (5,00%) complètent ce top 5 des recalés du contrôle technique nouvelle version.

Si les intitulés et le regroupement des différents défauts ont évolué avec la réforme, on constate assez peu de différences avec les principales raisons d'aboutir à une contre-visite. Sur le début d'année 2018, avant le 31 mai, on retrouvait ainsi parmi les motifs les plus récurrents les problèmes de "liaison au sol" (avec notamment les pneumatiques), l'éclairage-signalisation, le freinage et la pollution-niveau sonore.

Julien Bonnet