BFM Business

Comment calcule-t-on le nombre de kilomètres de bouchons?

630 kilomètres de bouchons ont été enregistrés ce matin, pas loin du record de 631 kilomètres (pour cette période de grève) comptabilisé lundi 9 décembre. Capteurs ou GPS embarqué permettent de mesurer la congestion francilienne, très forte en cette période de grèves.

630 kilomètres de bouchons à 8h46 ce lundi matin. Si le record (pour la période) des 631 kilomètres enregistrés le 9 décembre n’a pas été battu, le trafic routier reste très congestionné en Ile-de-France, au 11e jour du mouvement social contre la réforme des retraites.

Chaque jour ou presque, les compteurs de kilomètres de bouchons amènent les Franciliens à partir un peu plus tôt, avec déjà près de 200 kilomètres de bouchons à 6 heures du matin.

Des capteurs sur les principaux axes de circulation

Cette compatibilité quotidienne est assurée par la Direction des routes d’Ile-de-France, la Dirif, grâce à 6.500 capteurs répartis sur les principaux axes de la région: routes départementales, routes nationales à fort trafic ou voies rapides urbaines. Ce sont ces capteurs, appelés "boucles électromagnétiques".

Ces capteurs recensent le nombre de véhicules qui passent, mais aussi la vitesse de ces derniers. Quand cette dernière baisse, que le nombre de voitures devient plus important que la moyenne, des bouchons sont en train de se former. Ce sont toutes ces données qui sont retransmises sous la forme d’une carte sur le site d'informations Sytadin.

Se baser sur les utilisateurs 

La DIRIF n’est pas la seule à compter les kilomètres d’embouteillage. C’est aussi le cas des sociétés spécialistes des GPS comme Tom-Tom ou Waze. Mais ces dernières fonctionnent via le "crowd-sourcing", soit en s’appuyant sur les données des utilisateurs de leurs services.

Tom-Tom s’appuie par exemple une large gamme de sources d'information: GPS embarqués et connectés dans les véhicules, applications de navigation sur téléphone, données récoltées via les smartphones Apple ou encore via celles des chauffeurs Uber, grâce à des partenariats. Les données utilisées sont toutes anonymes. En Ile-de-France, environ une voiture sur six dispose d'un système embarqué sur lequel Tom-Tom peut s'appuyer pour mesurer le trafic en temps réel. Les prévisions de temps de trajet sont effet actualisées chaque minute. 

Comme ils s'appuient sur des sources mobiles, les services GPS en temps réel couvrent plus de routes que Sytadin, englobant aussi bien les autoroutes que les petites rues parisiennes. Résultat: des kilométrages de bouchons différents. Ce matin par exemple, quand Sytadin recensait 630 kilomètres d'embouteillages, Tom-Tom en avait recensé 1100 dans toute l’Ile-de-France.

Pauline Ducamp