BFM Business

Bye-Bye la Dodge Viper

La dernière Viper de l'histoire a été produite la semaine dernière.

La dernière Viper de l'histoire a été produite la semaine dernière. - FCA

Après plusieurs mois d’une longue agonie, la supercar américaine a bel et bien tiré sa révérence. Jusqu’à la prochaine fois…?

#RIPViper, c’est par ce hastag que les internautes ont accueilli la fabrication de la dernière Viper. FCA (Fiat Chrysler Automobiles), le propriétaire de Dodge, a en effet décidé d’arrêter cet été la production de sa supercar. Le dernier exemplaire est ainsi sorti des chaînes de l’usine de Conner Avenue, à Détroit (Michigan) le 16 août. Et si la nouvelle attriste les fans, certains dirigeants de FCA semblent aussi touchés par la fin de l’histoire Viper.

Un dernier exemplaire de collection

C’est le cas de Ralph Gilles, designer en chef chez FCA et ancien patron de SRT, la division sportive de Dodge-Chrysler, qui a chroniqué la nouvelle de la fin de la production. Sur son compte Instagram, il a publié des photos du dernier exemplaire produit, une Viper rouge, qui rejoindra le fond de conservation de la marque.

Le dernier exemplaire destiné à un client est lui une Viper jaune ACR à bandes noires. "Passé un matin très spécial avec des personnes très spéciales. Les magnifiques personnes qui ont construit la Dodge Viper, la voiture à rêve américaine. Une équipe haute en couleurs qui se considère comme une famille", a écrit Ralph Gilles sur une autre photo rassemblant toute l'équipe de production de la Viper. Environ 80 employés travaillent dans l'usine de la Viper, qui fermera ses portes d'ici la fin du mois. FCA est resté officiellement très discret sur la fin de carrière de la supercar.

De gros problèmes de rentabilité

La fin de carrière de la Dodge Viper n’est pas une surprise. FCA avait en effet annoncé le 22 juin 2016 l’arrêt de la production de la Viper un an plus tard. Sa lente agonie a alors commencé, avec un premier arrêt de la production cet hiver pour éviter les spéculations sur les commandes, et s’assurer de l’approvisionnement en pièces suffisants pour les derniers exemplaires. Fiat-Chrysler a communiqué avec parcimonie le nombre d'exemplaires restants. La production n'a ensuite repris qu'au printemps pour s’achever définitivement mercredi dernier, le tout avec son lot de spéculations sur la date de fermeture exacte de l'usine.

Dodge n’a jamais clairement expliqué les raisons de la fin de production de la Viper, mais les ventes de la supercar devraient être trois fois plus importantes pour que la Viper soit rentable, selon les calculs de possibles repreneurs du modèle qui ont finalement jeté l'éponge. Malgré un tarif minimum de 90.000 dollars, l’actuelle génération ne rentre pas dans ses frais notamment à cause de son assemblage à la main. La Viper fait en outre face à une concurrence accrue en particulier face à la Chevrolet Corvette.

Pauline Ducamp