BFM Auto

Auto-écoles: des taux de réussite aux examens surévalués, selon l'UFC Que-Choisir

Sur l'examen pratique du permis de conduire, 70% des auto-écoles ne donneraient pas les chiffres réels de réussite à l'examen.

Sur l'examen pratique du permis de conduire, 70% des auto-écoles ne donneraient pas les chiffres réels de réussite à l'examen. - AFP

Selon une étude de l’UFC-Que-Choisir, plus de 60% des auto-écoles gonfleraient leur taux de réussite, par rapport aux données officielles fournies par le ministère. L’objectif: séduire plus de candidats.

L’examen de passage auprès de l’UFC-Que Choisir est loin d’être réussi pour les auto-écoles. Selon une enquête de l’association de consommateurs, parue le 8 février, plus de 60% des auto-écoles gonfleraient le taux de réussite de leurs élèves aux examens du code et du permis de conduire.

"63,3 % des auto-écoles enquêtées font preuve d’une réelle incapacité à fournir aux consommateurs des données fidèles à la réalité", conclue UFC Que-Choisir dans le document de l’étude.

Comparaison avec les chiffres du ministère de l'Intérieur

Ce taux grimpe même à 69% pour l’examen pratique au permis de conduire. Pour arriver à ses conclusions, UFC Que-Choisir a interrogé 1374 auto-écoles, afin de leur demander leur taux de réussite aux examens du permis en 2015. Les membres de l’association ont ensuite comparé ces chiffres aux données officielles pour 2015, fournies par le ministère de l’Intérieur (en charge des questions au permis de conduire).

"Il est frappant de constater que plus les taux réels de succès aux examens sont faibles", constate dans son étude UFC Que-Choisir. Plus ce taux de succès est faible, plus les auto-écoles auraient d’ailleurs gonflé leurs chiffres de réussite, ajoute l’association.

Obliger les auto-écoles à publier les vrais résultats

UFC Que-Choisir annonce saisir la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) afin de faire le point sur ces pratiques. Cette enquête fait suite à une précédente enquête de l’association, parue en septembre 2016, où elle dénonçait les pratiques des auto-écoles, aussi bien au niveau des tarifs pratiqués que, déjà, des taux de réussite affichés par les établissements d’apprentissage de la conduite.

"Ces taux sont un argument commercial de poids", soulignait alors le président de l'UFC-Que Choisir Alain Bazot, qui qualifiait ces écarts "d’insupportables dérapages". Les auto-écoles n’ont cependant aucune obligation d’afficher leur taux de réussite. "Il faudrait une obligation d’information sur le taux de réussite aux examens", demande également sur RMC Antoine Autier, responsable de l'étude pour l'UFC- Que Choisir.

Pauline Ducamp