BFM Business

Anne Hidalgo veut limiter la vitesse à 30km/h dans (presque) tout Paris

Dans le manifeste commun d'Anne Hidalgo et de ses alliés écologistes, publié ce mardi, la candidate annonce que si elle est réélue le 28 juin, la vitesse maximale sera abaissée à 30km/h dans toute la capitale à l'exception de quelques grands axes.

Toutes les rues de Paris vont-elles finalement être limitées à 30km/h? Annoncée dès 2015, mise en place progressivement, cette mesure revient sur le devant de la scène ce mardi à l’occasion de la campagne pour le second tour. Dans le cadre de son alliance avec les écologistes, Anne Hidalgo souhaite généraliser cette baisse de la vitesse maximum autorisée à toute la capitale, si elle est réélue le 28 juin.

"Lutter contre toutes les pollutions est un enjeu de santé publique, souligne le manifeste commun d’Anne Hidalgo et du chef de file des écologistes David Belliard dévoilé ce 16 juin, selon Le Monde. C’est pourquoi nous continuerons de réduire la place de la voiture dans notre ville".

Depuis son élection en 2014, Anne Hidalgo a progressivement instauré des zones 30, mais selon les arrondissements, le nombre de zones est très inégal. Selon Le Monde, les 11e et 12e arrondissements sont pratiquement entièrement limités à 30km/h, quand les 16e et 17e restent eux majoritairement limités à 50km/h. Des différences que la limitation généralisée à 30km/h réglerait. Seuls certains grands boulevards resteraient à 50 km/h, par exemple les Champs-Elysées ou le boulevard des Maréchaux.

"Beaucoup de rues sont déjà à 30km/h, et uniquement les grands axes à 50km/h, cela consisterait à unifier la vitesse de circulation, explique sur BFM Paris Jean-Louis Missika, co-directeur de campagne d’Anne Hidalgo. La vitesse de circulation moyenne des voitures est aujourd’hui à Paris de 14 ou 15 km/h".

La réduction du bruit est l'un des autres objectifs de cette baisse de la vitesse maximale autorisée.

"Avec le confinement, les Parisiens ont redécouvert quelque chose assez oublié dans cette ville, c’est que l’on pouvait entendre le champ des oiseaux, et que le bruit était l’une des nuisances les plus incroyables, poursuit Jean-Louis Missika. Quand vous abaissez la vitesse des véhicules à moteur, des voitures, des motos, vous abaissez cette nuisance sonore et la gène que représente le bruit la nuit".
Pauline Ducamp