BFM Var

Var: un policier entame une grève de la faim pour dénoncer le "harcèlement" de sa hiérarchie

Selon le syndicat de police FO, le cas de ce policier n'est pas isolé et plusieurs policiers vont entamer des procédures au pénal.

Il accuse sa hiérarchie de harcèlement, de discrimination et de menace de mort. Stéphane Alarcon, policier au commissariat central de Toulon, a entamé une grève de la faim pour dénoncer cette situation. Actuellement en arrêt maladie, il avait saisi le TGI de Toulon en début d'année, mais sa plainte a été classée sans suite pour des raisons administratives.

Le policier explique notamment à BFM Toulon-Var que son directeur l'a accusé d'avoir volé une arme, un fait que Stéphane Alarcon a toujours contesté: "Je n'ai jamais rien volé de ma vie".

Un syndicat dénonce un "management agressif"

Après avoir changé de commissariat, ce dernier constate que le harcèlement continue: "On m'invente encore des histoires", puis dans un nouveau commissariat "une histoire de test Bac raté".

Aujourd'hui, le fonctionnaire de police, qui a reçu des lettres de soutien de certains collègues, sort du silence: "C'est une mascarade tout ça, je suis fatigué de tout ça, je veux qu'on passe à autre chose et que ces gens-là soient sanctionnés".

Selon le syndicat de Police FO, le cas de Stéphane Alarcon n'est pas isolé". En plus de notre collègue, nous avons deux ou trois policiers qui vont déclencher des procédures au pénal, ça veut dire qu'il y en a d'autres qui n'osent pas le faire", explique Bruno Bartoccetti, délégué SGP Police-FO Sud.

"C'est un peu l'arbre qui cache la forêt. On sait que le management à Toulon est assez atypique (...) et agressif. Il y a un gros malaise au sein de l'institution de la sécurité publique à Toulon. Ça nous inquiète", ajoute le syndicaliste.

Tom Becques avec Louis Chahuneau