BFM Var
Var

"J'ai à peine réalisé": le père de Camille, retrouvée 11 ans après son enlèvement, se confie sur BFMTV

Alain Chauvet va essayer de revoir sa fille, enlevée il y a 11 ans par sa mère, mais craint que cette enfant, aujourd'hui âgée de 16 ans, refuse cette rencontre.

"Quel gâchis, quel temps perdu". Le 26 décembre 2010, l'ex-compagne d'Alain Chauvet part avec leur fille Camille, âgée de seulement cinq ans, en Suisse. Depuis, l'homme n'a jamais revu sa fille, et n'avait pas eu de nouvelles jusqu'au 1er mars 2022. Ce jour-là, la mère de Camille est interpellée et incarcérée provisoirement dans le canton de Vaud (Suisse), et l'adolescente est placée sous la responsabilité de l'organisme chargé de la protection de l'enfance.

"C'est mon avocat qui m'a prévenu, lundi dernier. J'ai à peine réalisé", déclare à BFMTV Alain Chauvet, qui explique s'être dit à plusieurs reprises pendant ces 11 années qu'il ne reverrait jamais sa fille.

La mère est bien connue de la justice puisqu'elle a été jugée à trois reprises et condamnée au total à six ans de prison pour "non-représentation de mineure", "dénonciation calomnieuse", et "soustraction d'enfant".

"Ce n'est pas 'papa' qu'elle va m'appeler c'est 'Monsieur', et encore si elle veut me voir"

L'homme va se rendre en Suisse pour essayer de la revoir, mais il craint que son enfant, aujourd'hui âgé de 16 ans, le rejette après tant d'années, et après avoir subi, selon lui, les effets d'une emprise religieuse et sectaire. Les autorités "m'ont dit que la petite présentait un problème, qu'il fallait y aller doucement".

"La mère a dû lui dire tous les jours: ton père c'est un violeur, ton père est méchant, ton père t'a tapée, etc... Ce n'est pas 'papa' qu'elle va m'appeler c'est 'Monsieur', et encore si elle veut me voir", explique-t-il. "Ce que j'aimerais lui dire c'est qu'elle me fasse confiance, qu'elle réalise que je l'ai toujours aimée et que je l'aimerai toujours quoi qu'il arrive. Et que la vie, ce n'est pas vivre caché dans le mensonge, c'est autre chose."

Même s'il explique accuser le "choc" de cette "bonne nouvelle", il espère pouvoir accueillir sa fille à son domicile d'ici trois mois, chez lui, "tout est prêt, elle a toujours sa chambre."

"Je me dis quel gâchis, quel temps perdu. Ce temps ne se rattrape pas mais on peut essayer tous les deux de reconstruire l'épisode d'aujourd'hui. Je suis obligé de faire sa reconquête", déclare-t-il.
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV