Tech&Co
Whatsapp

Manifestations en Iran: le pouvoir restreint l'accès à internet et aux réseaux sociaux

Alors que les manifestations s'intensifient, l'Iran restreint notamment l'accès à Instagram et WhatsApp. La capitale Téhéran et d'autres régions du pays sont touchées.

Depuis ce mercredi, Instagram et WhatsApp ont été restreints en Iran en réponse aux manifestations qui ont lieu depuis la semaine dernière et que le gouvernement tente de réprimer. Selon l'organisme de surveillance d'Internet NetBlocks, les serveurs de WhatsApp, quelques heures après ceux d'Instagram, ont été perturbés sur plusieurs fournisseurs d'accès à Internet.

NetBlocks signale aussi une "perte de connectivité à l'échelle nationale" sur le principal fournisseur de téléphonie mobile d'Iran et des coupures d'internet dans certaines régions. Les perturbations ont débuté vendredi dans la capitale avant de s'étendre dans l'Ouest du pays puis dans certaines parties de la province du Kurdistan.

L'activité Internet en Iran quasiment coupée
L'activité Internet en Iran quasiment coupée © Capture Netblocks

Les coupures ont lieu dans un contexte de soulèvement de colère en Iran. Les rassemblements ont débuté ce week-end après le décès de Mahsa Amini, 22 ans, détenue par la police des mœurs iranienne le 16 septembre. Elle avait été arrêtée par la police des moeurs chargée de faire respecter le code vestimentaire de la République islamique pour les femmes, y compris le port du foulard en public.

Les réseaux sociaux régulièrement bloqués

En 2019 déjà, en réponse aux manifestations contre le carburant, l'Iran a fermé tout accès à Internet. Selon NetBlocks, les restrictions actuelles sont les plus sévères depuis cet évènement. Reuters souligne que "l'Iran a souvent bridé l'accès à Internet afin d'éviter que les manifestants ne publient des vidéos sur les réseaux sociaux pour susciter un soutien et obtenir des rapports fiables sur l'étendue des troubles".

Mercredi, les médias ont cité le ministre iranien des communications déclarant que les autorités pourraient perturber les services Internet pour des raisons de sécurité. Ce dernier a assuré, quelques heures plus tard, avoir été mal compris dans ses déclarations.

Les sites de réseaux sociaux tels que TikTok, YouTube, Twitter et Facebook sont pourtant régulièrement bloqués dans certaines régions du pays, où le contrôle d'internet est parmi les plus stricts au monde. Certains contournent le système en utlisant des VPN.

Margaux Vulliet