BFM Tech

Vous pourrez enfin surfer en 4G dans le métro parisien... fin 2017

Les femmes utilisent davantage les transports en commun que les hommes.

Les femmes utilisent davantage les transports en commun que les hommes. - Flickr/Katsuhiro

Initialement prévue pour 2015, la couverture du réseau RATP ne sera finalement achevée qu'à la fin de l'année prochaine.

En 2012, la RATP inaugurait en grande pompe l'ouverture d'un premier tronçon de RER couvert en 3G par SFR sur la ligne A. Ce devait être le point de départ d'une vaste opération visant à couvrir tout le réseau des transports parisiens à l'horizon 2015.

Quatre ans plus tard, seules les ligne 1 du métro et A et B du RER sont presque entièrement équipées en antennes 3G. Après avoir longtemps gardé le silence sur cette épineuse question, la RATP vient enfin d'annoncer une nouvelle date butoir. "L’objectif est à présent une couverture 3G/4G de l’ensemble du réseau pour fin 2017", stipule un communiqué de presse sur le sujet. Le chantier a pris tellement de retard qu'il s'agit désormais aussi de couvrir tout le réseau en 4G.

Les performances des opérateurs mobiles seront comparées

Pour expliquer ce contretemps, la RATP met en avant "la complexité des défis technologiques et économiques" posées par un environnement contraint et une très forte densité de voyageurs. Pourtant, d'autres infrastructures analogues comme le tunnel sous la Manche ou encore le métro de Séoul, celui de Tokyo ou de Pékin sont couverts en 3G depuis plusieurs années déjà.

Mais il est vrai que le réseau parisien présente de nombreux obstacles techniques. A commencer par ses nombreuses stations encaissées et ses voies qui ne sont accessibles que lorsque le trafic est interrompu et qu'aucune opération de maintenance n'est prévue. La RATP a également opté pour une stratégie de longue haleine consistant à négocier une redevance opérateur par opérateur, avant de confier les travaux à des sociétés sous-traitantes.

Pour redorer son blason et assurer une bonne informations aux usagers, la société de transports promet des mesures fines jaugeant la qualité des services mobiles opérateur par opérateur dès 2017 grâce à un accord conclu la semaine dernière avec l'Arcep.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur 01net.com.

Amélie Charnay