BFM Business

YouTube: une mère maltraitait ses enfants quand ils ne voulaient pas tourner de vidéo

-

- - DR

S'ils oubliaient leur texte ou refusaient de suivre les instructions de leur mère adoptive, les sept enfants étaient séquestrés et battus. La chaîne "Fantastic Adventures", suivie par plus de 800.000 personnes a été fermée mercredi par YouTube.

Que cache le succès des chaînes familiales sur YouTube? Dans certains cas de la maltraitance. Aux Etats-Unis, la chaîne "Fantastic Adventures" (800.000 followers) a été fermée mercredi à cause des sévices que subissaient sept enfants de la part de leur mère adoptive, Machelle Hackney, révèle le Washington Post.

Selon l’enquête menée par la police du comté Maricopa, en Arizona, la mère les privait de nourriture et les battait quand ils ne suivaient pas ses instructions ou qu’ils oubliaient leur texte pendant les tournages. Les sept enfants étaient parfois séquestrés pendant plusieurs jours, aspergés de spray au poivre et battus avec des ceintures. Certains ont été forcés de se tenir debout, les bras levés au-dessus de la tête, pendant plusieurs heures. D’autres de prendre des bains glacés.

Certains enfants n'allaient plus à l'école 

Lors de l'arrestation de Machelle Hackney vendredi, la police a découvert les enfants sous-alimentés. L’un d’eux a confié ne plus aller à l’école "depuis des années" et passer son temps "dans la salle avec l’écran vert", où les vidéos YouTube étaient tournées.

Les deux fils biologiques de Machelle Hackney, Logan et Ryan, tous deux majeurs, ont également été arrêtés pour non dénonciation des abus. C’est leur sœur biologique qui a alerté les autorités le 13 mars. YouTube n’a fermé la chaîne "Fantastic Adventures" que mercredi, mais l’entreprise assure l'avoir démonétisée le jour de l’arrestation de Machelle Hackney, le vendredi.

Est-ce du travail illégal d'enfants? 

Les chaînes familiales font l'objet de nombreuses polémiques. En France, l'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique (Open) a déposé deux dénonciations à la justice pour "travail illégal d'enfants" en mai 2018. A l'époque, son président, Thomas Rohmer, confiait à BFM Tech: "Je suis en mesure de démontrer qu'ils n'ont plus de vie à côté de YouTube, ou en tout cas plus de possibilité d'avoir des loisirs. Les parents ne prennent pas leur responsabilités". En décembre, le ministère du Travail a révélé que ses services allaient mener une expertise pour clarifier le cadre légal de cette activité afin d'éviter les abus. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech