BFM Business

Vladimir Poutine veut son équivalent russe de Wikipedia

Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine. - Alexey NIKOLSKY / Sputnik / AFP

Vladimir Poutine a appelé mardi à la création d'une encyclopédie en ligne russe plus "fiable" que Wikipedia.

Après l'isolement d'Internet, l'isolement du savoir. Pour mieux encadrer l'accès à l'information en Russie, Vladimir Poutine souhaite le déploiement de l'équivalent d'un Wikipedia russe. 

"En ce qui concerne Wikipedia (...) il est mieux de le remplacer par la nouvelle Grande encyclopédie russe sous sa forme électronique", a ainsi déclaré le président russe au Kremlin au cours d'une réunion d'une commission sur l'avenir de la langue russe, cité par l'agence de presse RIA Novosti.

L'Encyclopédie russe en question, parue entre 2007 et 2014, est actuellement uniquement disponible en version papier. "Au moins, ce seront des informations fiables, présentées de manière bonne et moderne", a ajouté Vladimir Poutine. 

Plus d'un million et demi d'articles

Le gouvernement prévoit de consacrer près d'1,7 milliard de roubles (26,7 millions de dollars) sur les trois prochaines années à la mise au point d'une encyclopédie en ligne russe, d'après des documents officiels rendus publics en septembre.

Vladimir Poutine répondait ainsi mardi aux remarques faites par le recteur d'une université qui se plaignait du recours des tribunaux à Wikipedia pour avoir accès aux décisions de justice. La version en russe de ce site internet affirme disposer de plus d'un million et demi d'articles. 

En 2015, les autorités russes avaient brièvement interdit Wikipedia à cause d'une entrée donnant, selon elles, des indications sur la préparation d'une drogue à base de cannabis.

Le président russe a tenu ces propos sur ce site quelques jours après l'entrée en vigueur, vendredi, d'une loi controversée destinée à doter la Russie d'un "internet souverain" isolé des grands serveurs mondiaux.

Il s'agit de créer des infrastructures permettant d'assurer le fonctionnement autonome des ressources internet russes, par exemple en cas d'impossibilité pour les opérateurs russes de se connecter aux serveurs internet étrangers. Des défenseurs des libertés dénoncent quant à eux un contrôle excessif des autorités russes sur le web.

E.T. avec AFP