BFM Business

Un bug Twitter a-t-il propulsé la notoriété de Jawad Bendaoud?

Une séquence tournée après l'annonce du jugement de Jawad Bendaoud s'est hissée parmi les vidéos les plus consultées sur Twitter.

Une séquence tournée après l'annonce du jugement de Jawad Bendaoud s'est hissée parmi les vidéos les plus consultées sur Twitter. - Twitter/ @Mohamedjellit

Un court enregistrement vidéo de Jawad Bendaoud, condamné la semaine dernière à quatre ans de prison pour avoir hébergé deux des terroristes du 13-Novembre, est très rapidement devenu l'une les vidéos les plus consultées au monde sur Twitter. Les chiffres ont néanmoins été gonflés artificiellement en raison d'un bug.

Jawad Bendaoud répond désormais à un nouveau nom sur Internet: "The man in the tough guy entrance", soit littéralement "l'homme qui fait une entrée avec un air sévère". Le "logeur des terroristes", qui a écopé de quatre ans de prison pour avoir hébergé deux des djihadistes responsables des attentats du 13 novembre 2015, est ces derniers jours devenu un mème, soit une image humoristique très virale en ligne.

Des images de lui, sortant de la salle d'audience au premier jour de son procès en appel, déconfit mais fier, ont été visionnées plus de 160 millions de fois sur Twitter. L'extrait en question a été filmé par France 2. Il a par la suite été récupéré par un certain @Mohamedjellit, qui s'est prêté à un classique du réseau social: inviter les internautes à apposer la meilleure légende possible à la scène filmée. 

Plus de 160 millions de vues

Les internautes ont largement réagi. La séquence a été détournée et partagée des milliers de fois, le plus souvent directement depuis le tweet d'origine. Surtout, la vidéo a très rapidement dépassé les frontières françaises pour être partagée par des comptes internationaux. Ainsi du compte Instagram Daquan (12,3 millions d'abonnés), qui met en avant les photos, vidéos, les plus drôles d'Internet.

Chacun y est allé de sa légende, dont certains autres gros comptes internationaux. Résultat: pour 16.000 retweets et 92.000 likes, la vidéo affiche un total de plus de 162 millions de vues. Avec de tels chiffres, la séquence s'impose comme la vidéo la populaire depuis le début de l'année sur Twitter, et se hisse parmi les contenus les plus viraux de l'histoire du réseau. 

La disproportion entre le nombre de partages de cette vidéo et son nombre de visionnages laisse néanmoins circonspect. A titre de comparaison, la vidéo ayant reçu le plus de likes en 2018 (1,9 million), comptabilise 18,4 millions de vues. Une très populaire vidéo de Donald Trump, retweetée 328.000 fois, plafonne à 39 millions de vues. Un discours viral de la représentante américaine au Congrès Alexandria Ocasio Cortez, retweeté 49.000 fois, culmine à 40 millions de vues. Il s'agit du discours de personnalité politique ayant connu le retentissement le plus important sur Twitter, comme le notait Newsweek en février dernier.

Des chiffres gonflés

Ce décalage pourrait s'expliquer par un bug ayant affecté Twitter entre le 4 et le 8 avril 2019, fait savoir le réseau social auprès de BFM Tech. "Il s’avère que Twitter est victime d’un bug qui a gonflé le nombre de vues sur les vidéos, entre ces dates. Les vidéos sponsorisées n'ont pas été affectées mais toutes les autres l'ont été. Et celle de Jawad l'est très certainement".

Le réseau social a par ailleurs fait part de ce bug publiquement, indiquant qu'il devrait résoudre un problème ayant mené à la surestimation du nombre de vues de certaines vidéos. "Toutes les vidéos ayant été publiées avant le 9 avril sont concernées, et pas seulement celles diffusées entre le 4 et le 8 avril", précise Twitter. La vidéo virale de Jawad Bendaoud a, elle, été mise en ligne le 30 mars.

Le réseau apporte également une précision quant au décompte de vues de ses vidéos. "Ce décompte ne dépend pas uniquement du nombre de retweets du tweet original qui intègre la vidéo. Les membres du réseau peuvent aussi tweeter l'URL ou ajouter leur propre copie de ce contenu dans un nouveau tweet. Toutes les vues additionnelles qui en résulteront seront décomptées sur la source d'origine". 

Dans quelle mesure le bug invoqué par Twitter a-t-il fait gonfler les chiffres du réseau? A ce stade, Twitter mentionne auprès de BFM Tech "une erreur système se traduisant par une forte augmentation dans les compteurs". En raison de ces chiffres spectaculaires, la vidéo de Jawad Bendaoud a été mentionnée par la presse étrangère, par exemple par le site américain BuzzFeed News. N'en reste pas moins que le "logeur de terroristes" a multiplié, souvent à ses dépens, les coups d'éclat en ligne.

A la suite des attentats de 2015, il s'était fait connaître lors d'une interview filmée sur BFM. Il avait alors avancé avoir simplement prêté main forte à plusieurs djihadistes, sans rien connaître leurs intentions. Ces explications floues avaient donné lieu à de multiples détournements et à la création de quelques comptes parodiques, dont @LogeurDuDaesh. Un événement Facebook, intitulé "Soirée Pyjama chez Jawad", avait, lui amusé 200.000 participants, rapportait Le Nouvel Obs.

Une telle mise en valeur de Jawad Bendaoud sur les réseaux sociaux a de quoi irriter. Elle suscite l'indignation de l'association de victimes des attentats de Paris et de Saint-Denis, Life for Paris. 

"La transformation en mème internet d'une vidéo de Jawad Bendaoud consterne profondément les victimes des attentats du 13 novembre", écrit l'association dans un communiqué. Le collectif regrette par ailleurs que notre société "préfère stariser un criminel et un délinquant multirécidiviste qu'éviter de heurter les victimes des pires attentats de notre histoire". Une popularité qui viendrait selon eux occulter les sorties remarquées du prévenu lors de son procès, et les menaces de mort proférées à l'encontre d'une victime venue témoigner. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech