BFM Business

Uber: en Australie, les clients mal notés seront bannis de l'appli

-

- - Uber

En modifiant ses conditions d’utilisation, la firme souhaite placer chauffeurs et passagers sur un pied d’égalité.

Chez Uber, les clients australiens ne sont plus rois. A partir du 19 septembre prochain, certains d’entre eux pourront perdre leur accès à l’application de VTC en cas de trop forte impopularité auprès des chauffeurs. L’annonce, qui concerne également la Nouvelle-Zélande, a été faite sur le site officiel d’Uber, qui modifie ses conditions d’utilisation dans les deux pays. “Cette nouvelle mise à jour [...] verra les passagers ayant une note trop basse perdre leur accès à l’application Uber, après plusieurs avertissements” prévient l’entreprise.

Vers une symétrie entre chauffeur et passager

Uber Australie présente sa décision comme “une étape vitale afin de maintenir une bonne expérience pour le passager comme pour le chauffeur et favoriser un respect mutuel”. “Les chauffeurs [...] font davantage que conduire” en “partageant leur propre voiture, leur espace, leur temps et une part d’eux-mêmes avec les passagers” poursuit l’entreprise. Avec cette stratégie, Uber entend rapprocher le traitement de ses chauffeurs de celui de ses passagers. Une manière indirecte de rappeler qu’ils ne sont pas considérés comme des salariés, mais comme des “partenaires”.

D’après le site de la BBC, les utilisateurs dont la note passera en-dessous de quatre étoiles (sur cinq) seront bannis pour six mois. Selon un porte-parole d’Uber cité par le média britannique, “quelques milliers” de personnes seraient concernées en Australie et en Nouvelle-Zélande, sur un total de 2,8 millions d’utilisateurs. En France, la note moyenne des clients d’Uber est de 4,69/5, avec un pic à 4,9/5 en moyenne à Montpellier.

Contacté par BFM Tech, Uber France précise que dans l'Hexagone, la notation "n'est ni obligatoire, ni éliminatoire, ni définitive". La filiale confirme qu'en France, "un passager ne voit pas son accès à l'application Uber désactivé en raison de sa note", précisant que cette note n'avait pas non plus d'impact sur la probabilité de trouver un chauffeur.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech