BFM Tech

Twitter veut être au cœur de l'élection présidentielle

-

- - AFP

Le réseau social lance le compte @TwitterPolitique et le site "Au cœur des débats avec Twitter" pour fournir de multiples informations au grand public sur les données et les usages qui vont marquer la campagne sur sa plateforme.

Aux Etats-Unis, Twitter est partenaire officiel des débats de la présidentielle américaine et retransmet les émissions en streaming au même titre qu’une chaîne de télévision classique. En attendant de savoir si ce sera aussi le cas en France, le réseau social a décidé de se positionner assez tôt sur le sujet. "Twitter sera le carrefour de l’information et du débat citoyen lors de la présidentielle française", a annoncé d’emblée le directeur général France de Twittter Damien Viel lors d’une conférence de presse ce 12 octobre.

Damien Viel, le directeur général de Twitter France.
Damien Viel, le directeur général de Twitter France. © 01net.com

Pour commencer, le réseau social lance un compte dédié à la politique : @TwitterPolFR. Animé par l’équipe Media française de Twitter, il relayera les bonnes pratiques à suivre sur le réseau social mais aussi des informations sur les "données et usages créatifs en matière de politique sur Twitter". Demain sera également lancé le site Au coeur des débats avec Twitter, en partenariat avec l’agence Hobbynote. La plate-forme sera entièrement consacrée aux différents débats qui émailleront la campagne et livrera des données statistiques en temps réel au grand public. A commencer par la primaire des Républicains. "Tweets par minute, citation de candidat, volume de tweets, nuages de mots-clés, statistiques, infographies etc.., l’idée c’est d’enrichir le débat et les échanges", a déclaré Justine Ryst, la directrice du développement chez Twitter.

Le site Au coeur des débats avec Twitter.
Le site Au coeur des débats avec Twitter. © 01net.com

D’autres opérations sont prévues, comme un partenariat avec l’école de journalisme de Science Po, concrétisé par un compte spécial et une "Twitter Room" au sein même de l’établissement. Mais pas de dispositif vidéo avec Periscope, à l'image de ce que fait Facebook Live outre-Altantique. "Il n’est pas question d’éditorialiser les réactions des gens. On veut laisser toute sa place à la spontanéité", souligne encore Damien Viel.

Twitter veut peser sur le scrutin

Twitter France n’envisage pas non plus de modérer avec plus de vigilance les contenus liés à la présidentielle sur Twitter et Periscope. Concernant le streaming vidéo, il est possible depuis plusieurs mois de faire bloquer automatiquement un commentateur avec l’aide d’autres internautes. Ce qui évitera à François Hollande de revivre la mésaventure survenue lors de sa visite de Showroom Privé : un flot d’insultes avait alors dominé la diffusion du live qui avait été interrompu. Pour ce qui est du flux en lui-même, la procédure restera habituelle : on peut signaler un contenu qui est ensuite évalué par des équipes francophones qui décident ou non de le supprimer. Avec un certain délai donc.

Twitter mise au final sur plusieurs atouts pour se distinguer lors de la présidentielle française : être le lieu du direct, du débat, mais aussi tendre un micro aux citoyens pour s'exprimer, et leur permettre d'établir un contact direct avec les hommes politiques. Avec l'espoir d'inciter les gens à aller voter et pourquoi pas, même, peser sur l'issue du scrutin. Dans une étude confiée à Harris Interactive sur Twitter et la politique réalisée ce mois d'octobre, 26% des utilisateurs sondés avouent avoir déjà changé d'avis politique après être passés sur Twitter.

Amélie Charnay