BFM Business

Twitter publie des millions de tweets de "fermes à trolls" russes et iraniennes

Le siège de Twitter, à San Francisco.

Le siège de Twitter, à San Francisco. - JOSH EDELSON / AFP

Avec la publication de près de dix millions d'archives de tweets, Twitter entend donner aux chercheurs et journalistes les moyens d'enquêter à propos des phénomènes d'influence sur les réseaux sociaux.

Twitter donne ses tweets à la science. Le réseau social a annoncé ce mercredi 17 octobre, dans un post de blog, la publication de bases de données comprenant des millions de tweets, images et vidéos de milliers de comptes assimilés à de la désinformation russe et iranienne.

En tout, dix millions de tweets ont été collectés et plus de deux millions d'images, GIF, vidéos et live Periscope, une application qui permet de retransmettre des vidéos en direct. Neuf millions de tweets archivés sont attribués à des groupes d'influence russes, et le million restant à des iraniens.

3841 comptes liés à l'IRA

Le centre de recherche de l'Atlantic Council, un think tank américain spécialisé dans les relations internationales, a eu accès en avant-première à ces données. IDans un post Medium, ils estiment que les techniques utilisées par les "trolls russes" sont somme toute classique, et consistent à diviser des communautés cibles pour mieux influencer un discours politique. Dans un fil Twitter, l'un des analystes du think tank note que, sur l'ensemble des comptes étudiés, 3841 sont affiliés à l'IRA (Internet Research Agency), une agence de propagande russe soupçonnée d'avoir pesé sur le dénouement de la dernière élection présidentielle américaine. 770 autres comptes sont, eux, liés à l'Iran. Twitter ne précise néanmoins pas à ce stade de quelle façon la corrélation a été faite. 

Par une telle publication, Twitter entend nourrir la recherche sur les mécanismes d'influence sur les réseaux sociaux. Un champ d'étude qui n'en est encore qu'à ses balbutiements. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech