BFM Business

Textfugees, la plateforme qui veut faciliter le contact entre associations et réfugiés

Des réfugiés qui apprennent le Français avec des volontaires de l'association Catholic Relief Services.

Des réfugiés qui apprennent le Français avec des volontaires de l'association Catholic Relief Services. - JACQUES DEMARTHON / AFP

Experts high-tech et associations ont planché tout le week-end sur des solutions numériques d'aide aux migrants lors du premier hackhaton parisien de l'association Techfugees. Le premier prix est revenu au projet Textfugees.

Lorsqu’un migrant arrive en France, il doit d’abord prouver que leur vie est en danger dans leur pays pour obtenir le statut de réfugié auprès de l’OFPRA.

Faciliter ces démarches en constituant une base d’informations permettant de crowdsourcer les demandes d’asile, c’est l’idée de départ d’Asylos, l’une des bonnes initiatives qui a émergé ce week-end du premier hackhaton parisien Techfugees organisé par l’association internationale du même nom.

Les équipes participantes au Hackhaton ce week-end dernier à l'école Le Wagon à Paris.
Les équipes participantes au Hackhaton ce week-end dernier à l'école Le Wagon à Paris. © Techfugees/Joanna Kirk

Deux jours durant, développeurs, graphistes, associations caritatives et réfugiés ont planché sur des solutions numériques pour aider les migrants. L’événement a compté 150 participants pour 11 projets au final. C’est l’équipe de Textfugees qui a raflé le premier prix. Il s’agit d’une plateforme permettant aux associations de contacter plus facilement les réfugiés.

"On s’est rendu compte que les migrants ont presque tous un téléphone portable mais pas d’internet mobile. C’est le seul moyen qu’ont les associations de les contacter et elles perdent beaucoup de temps à le faire au coup par coup", nous explique Joanna Kirk, chargée de la communication de l’événement. Textfugees propose donc une plateforme permettant de centraliser les listings des associations et d’envoyer des notifications groupées par SMS. Elles contiennent des informations sur leurs rendez-vous administratifs (lieu, horaire, coordonnées, agenda) et ce, dans plus de 40 langues. La solution était déjà opérationnelle à l’issue du week-end.

Séance de brainstorming par équipe lors du premier Techfugees parisien ce 12 et 13 mars.
Séance de brainstorming par équipe lors du premier Techfugees parisien ce 12 et 13 mars. © Techufgees/Joanna Kirk

Autre projet très remarqué, Refugenius, le « LinkedIn » des réfugiés. "L’idée, c’est de mettre en relation plus facilement employeurs et réfugiés pour faciliter leur intégration professionnelle. Refugenius empoche une prime au bout de deux mois si l’employeur est satisfait", nous détaille Kavita Brahmbhatt, co-organisatrice et membre du jury de Techfugees. Le site devrait être lancé dès le mois d’avril prochain.

Citons encore Refujob, ce projet de cours en ligne pour réfugiés facilitant la recherche d’emploi. Des MOOC vidéo en français, anglais et arabe pour savoir, par exemple, quel statut adopter pour son entreprise ou comment trouver une formation.

On voit donc que les bonnes idées ne manquent pas. Reste encore à trouver les business model pour pérenniser ces projets.

Amélie Charnay