BFM Business

Royaume-Uni: une intelligence artificielle pour évaluer la "criminalité future" d'un individu

La police londonienne fait partie des forces impliquées dans le projet.

La police londonienne fait partie des forces impliquées dans le projet. - Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

A partir de larges bases de données criminelles et d'une solution d'apprentissage automatique, une entité de la police britannique compte mieux prévenir les crimes et les récidives, à partir de mars 2019.

La police britannique entend s'en remettre à l'intelligence artificielle pour endiguer la criminalité. D'après New Scientist, un système baptisé National Data Analytics Solution (NDAS) est en cours de déploiement pour essayer, à partir d'une large base de données criminelles, d’évaluer le risque qu'une personne commette à nouveau un crime.

Iain Donnelly, qui dirige le projet, précise que le système ne ciblera que les personnes déjà connues pour leurs tendances criminelles, en détectant les auteurs potentiels pour les orienter vers des "interventions" thérapeutiques, prodiguées par des services sociaux ou de santé. La nature de cette prise en charge fait néanmoins l'objet de discussions.

1400 indicateurs

Le NDAS a isolé près de 1 400 "indicateurs" de criminalité future sur un échantillon de population de cinq millions d’habitants. Soit plus d’un téraoctet de données provenant des bases de la police locale et nationale. L'organisme a mis au point 30 indicateurs particulièrement efficaces, comprenant le nombre de crimes commis par les individus en fonction de leur "catégorie sociale" ou encore l'âge d'un individu à la première infraction. Ces données ont ensuite été utilisées pour prédire le moment où un individu déjà connu de la police envisageait de récidiver, et ont attribué un "score de risque" en conséquence.

La police des Midlands de l'Ouest se donne jusqu'à fin mars 2019 pour commencer à mettre à profit ces premières prévisions. Le service travaillera main dans la main avec le bureau du Commissaire à l'information pour veiller à ce que les règles de protection de la vie privée soient respectées. A terme, les concepteurs du programme espèrent le voir adopté partout au Royaume-Uni. La police du Grand Londres (The Met) et la police du Grand Manchester se montrent déjà intéressées.

Le système NDAS soulève d’importantes questions éthiques, les algorithmes ayant tendance à reproduire les biais des bases de données sur lesquelles ils s'appuient. Coïncidence de calendrier, le premier projet de police prédictive lancé au Royaume-Uni, il y a cinq ans, sera abandonné, notait le Financial Times le 26 novembre. La police de Kent utilisait un système conçu par la société américaine Predpol. Le logiciel se basait sur l'heure, le lieu et la nature des crimes commis pour mieux diriger les forces de police vers les lieux à risque.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech