BFM Tech

Pour éviter d’être censurées, ces femmes se font passer pour des hommes sur Instagram

Instagram.

Instagram. - AFP

La politique de modération d'Instagram peut s'avérer redoutable pour certaines communautés. Afin de passer entre les mailles du filet, certaines femmes exposées à la censure de leurs publications indiquent avoir trouvé la parade: modifier leur genre dans leur profil.

Sur Instagram, tout semble bon pour gagner en exposition. D'autant plus si cette dernière est source de revenus. Se disant fortement lésées par la politique de modération du réseau social, qui interdit les contenus se rapportant de près ou de loin à la nudité, des danseuses de pole dance et des travailleuses du sexe ont indiqué auprès du Huffington Post avoir trouvé un remède simple pour regagner en visibilité: indiquer dans leur profil être des hommes, et non plus des femmes. 

Le paramètre en question est à retrouver au bas de son profil personnel. Il peut tout aussi bien ne pas être renseigné, voire être personnalisé. Dans ce cas-là, libre à l'utilisateur d'écrire par lui-même à quel genre il veut être associé. 

Des réactions unanimes

Cette simple modification a-t-elle un effet concret sur l'exposition des photos publiées? Pour bon nombre de femmes concernées par ces questions de modération et sollicitées par le Huffington Post, la réponse est oui. Ainsi de Michelle, une australienne qui publie régulièrement des photos et vidéos de pole dance.

Elle indique avoir constaté un changement significatif trois jours seulement après être devenue un homme aux yeux d'Instagram. Concrètement, ses publications ont gagné en visibilité et en commentaires, notamment en dehors de son champ initial d'abonnés. 

D'autres commentaires allant en ce sens sont visibles sur le compte "everybodyvisible", une page d’activisme anti-censure. Autre avantage à modifier son genre sur Instagram: un changement logique dans la nature des publicités reçues, "moins centrées sur le maquillage", selon une utilisatrice du réseau. 

Le démenti d'Instagram

Pour rappel, Instagram a une nouvelle fois modifié en avril ses règles d'utilisation. A cette date, le réseau a décidé de dissimuler davantage les "contenus inappropriés", photos et vidéos incluses, de son audience, en les faisant notamment disparaître de l'outil "Explore", qui permet de découvrir des publications de façon aléatoire. 

"Bien que certaines publications sur Instagram ne soient pas contraires aux Règles de la communauté, elles peuvent ne pas être appropriées pour notre communauté internationale", peut-on ainsi lire dans les règles du réseau. "Par exemple, une publication de nature sexuelle apparaîtra toujours dans le fil d’actualité si vous êtes abonné(e) au compte qui l’a publiée, mais ce type de contenu pourrait ne pas apparaître dans la section Explorer ou sur les pages de hashtag pour l’ensemble de la communauté." Instagram se garde néanmoins de préciser à quoi fait référence l'appellation de "publication de nature sexuelle". 

Si certaines femmes peuvent s'affirmer moins sujettes à la censure qu'auparavant, Instagram dément toute prise en compte du genre dans la mise en avant, ou non, des publications. "Les informations de genre des profils n'ont aucun impact sur le contenu que nous filtrons à partir des hashtags ou de la page Explorer", a déclaré un porte-parole du réseau détenu par Facebook, toujours auprès du Huffington Post. L'essentiel à ses yeux: recommander aux utilisateurs d'Instagram un contenu "sûr et adapté à tous".

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech