BFM Business

Municipales: des candidats se dotent de logiciels pour cibler les électeurs

BFM Tech
Identifier les endroits où il y a des votes à gagner et cibler les messages politiques: pour remporter les élections municipales, les candidats n'hésitent plus à s'équiper de logiciels d'analyse de données, mais la pratique est étroitement encadrée.

Pour mettre toutes les chances de leur côté, des candidats aux élections municipales font appel à des logiciels pour organiser leur campagne et cibler les endroits où il y a des votes à gagner. DigitalBox permet par exemple "d'organiser ses contacts, de gérer les invitations pour des réunions publiques, de structurer son équipe" ou encore, de cibler les messages politiques. 

"Si vous avez 10 points dans votre programme et 10 groupes d'électeurs, il s'agit de leur envoyer le bon message. Celui sur la petite enfance aux parents d'élèves par exemple", explique Vincent Moncenis, son fondateur, mais

La première tâche d'un candidat est de glaner les contacts de potentiels électeurs. "La question est: où sont les gens à qui je dois parler?", explique Laure Vaugeois, en charge des relations commerciales de la société Explain (ex-LMP). Ensuite, "la meilleure organisation de campagne, c'est le porte-à-porte."

Plus d'ambition politique sans volonté de maîtriser techniquement les données

Pour identifier les bureaux de vote les plus favorables, la méthode repose sur "l'inférence écologique" -qui n'a rien à voir avec des engagements environnementaux, mais qui permet de prédire le comportement de différents groupes sociaux en fonction de données agrégées. Par exemple, les précédents résultats électoraux ou les données démographiques.

Depuis l'utilisation de l'outil Blue State Digital par Barack Obama en 2008 puis en 2012, ou de NationBuilder par Donald Trump (et 3 des 4 autres candidats à l'élection présidentielle américaine) en 2016, il n'y a plus d'ambition politique sans volonté de maîtriser techniquement les données.

"Chez les écologistes, la première fois c'était pendant les européennes (en 2019)", explique Léa Balage, en charge des mobilisations pour EELV et candidate sur la liste écologiste dans le 18e arrondissement parisien. "L'outil permettait aux militants de recevoir une alerte pour faire du porte-à-porte. Ça nous permettait de récupérer les adresses e-mails des gens qui s'intéressaient à la campagne des écologistes."

Pour les municipales, la militante utilise désormais Quorum, le dernier arrivé parmi la dizaine de solutions disponibles en France.

"Beaucoup d'outils sont arrivés en voulant copier les Etats-Unis", explique l'un de ses fondateurs Florent Barre. "Mais en France, le maillage des données disponibles est limité aux bureaux de vote pour les résultats et aux Iris (Ilots regroupés pour l'information statistique, NDLR) pour les données Insee". Résultat, "la dynamique de prédiction est moins précise qu'aux Etats-Unis".

La Cnil surveille le secteur de près 

Quorum se veut donc surtout une interface pour "équiper et autonomiser le bénévole" et faire remonter aux équipes de campagne les réponses à des questionnaires proposés aux électeurs rencontrés.

Les logiciels de stratégie électorale utilisés aujourd'hui en France "font moins que ce qu'on peut imaginer", veut rassurer la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) qui surveille néanmoins de près le secteur. Son directeur de la protection des droits et des sanctions Mathias Moulin affirme que cinq procédures de contrôle sont en cours. Deux dossiers posent question, notamment sur "les conditions de réutilisation des listes électorales".

Celles-ci ne peuvent être utilisées à des fins commerciales mais certains éditeurs encouragent leurs clients à les chercher eux-mêmes auprès de leur mairie, puis les aident à les charger dans le logiciel.

Autre protection, les publicités politiques sont interdites en France six mois avant le scrutin et les réseaux sociaux deviennent plus transparents sur les campagnes publicitaires auxquelles sont exposés leurs utilisateurs.

"Or, profiler des individus ne sert à rien si on ne peut pas les contacter", explique M. Moulin. Enfin, le coût de ces logiciels (de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers d'euros mensuels) n'est pas négligeable et "les plafonds de dépenses dans le cadre des campagnes locales ne permettent pas de faire les traitements les plus intrusifs."
P.D avec AFP