BFM Business

Menaces de mort: un troisième cyberharceleur de Nadia Daam condamné à six mois de prison avec sursis

Nadia Daam lors de sa chronique, en novembre dernier.

Nadia Daam lors de sa chronique, en novembre dernier. - Europe 1

Un homme âgé d'une vingtaine d'années et habitant la Seine-Saint-Denis a reconnu avoir publié des menaces de mort à l'encontre de la journaliste Nadia Daam ce mardi, après l'audience de deux cyberharceleurs de la journaliste. Il a été jugé ce vendredi en comparution immédiate.

Il aura fallu moins de trois jours pour remonter jusqu'à lui. Mardi, dans la foulée du jugement prononcé au sujet de deux harceleurs de Nadia Daam, de nouvelles menaces de mort étaient proférées en ligne à l'encontre de la chroniqueuse d'Europe 1.

Très claires, ces menaces auraient été postées par un homme d'une vingtaine d'années sur le Forum 18-25 ans, depuis deux comptes différents. Ce résident de Seine-Saint Denis a reconnu être l'auteur du message. Il a été jugé ce vendredi en comparution immédiate face au tribunal de grande instance de Bobigny, pour menaces de commettre un crime et menaces de mort. 

Tout au long de l'audience, le prévenu, "N.", a maintenu avoir proféré des menaces de mort à l'encontre de Nadia Daam "pour faire rire", se sentir "pitoyable" et ne pas avoir pris conscience des conséquences de ses propos, note Jules Darmanin, journaliste chez BuzzFeed, présent lors de la comparution. Il aura été repéré à la suite d'un signalement sur la plateforme Pharos, l'adresse IP retrouvée correspondant à celle de sa mère.

N. écope finalement de six mois de prison avec sursis, de 180 heures de travaux d'intérêt général, et devra verser 5700€ de dommages et intérêts à Nadia Daam. Enfin, son ordinateur lui sera confisqué. 

Après avoir dénoncé, en novembre dernier et lors d'une chronique sur Europe 1, une vague de messages haineux sur le Forum 18-25 ans contre deux militants féministes, Nadia Daam a fait l'objet d'une vaste campagne de harcèlement. Deux hommes ont été condamnés ce mardi à six mois de prison avec sursis, et à verser 2000 euros de dommages et intérêts, pour préjudice moral. L'un d'eux est l'auteur d'un photomontage montrant la journaliste sur le point de se faire décapiter par l'État islamique. L'autre avait menacé Nadia Daam de viol.

Eric Morain, l'avocat de Nadia Daam, estime que ce procès pourrait faire jurisprudence, à l'heure où le harcèlement en ligne reste bien souvent impuni. "Les cyberagresseurs doivent se rappeler que la réalité peut les rattraper brutalement", indiquait-il fin mai auprès de BFM Tech, en amont du jugement.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech