BFM Business

"M. Shithole": Facebook s'excuse après une traduction vulgaire du président chinois

Xi Jinping serre la main de Aung San Suu Kyi, à Naypyitaw, au Myanmar, le 18 janvier 2020.

Xi Jinping serre la main de Aung San Suu Kyi, à Naypyitaw, au Myanmar, le 18 janvier 2020. - Nyein CHAN NAING / POOL / AFP

L'outil de traduction automatique de Facebook a traduit le nom du leader chinois Xi Jinping à partir d'une publication d'Aung San Suu Kyi, conseillère spéciale du Myanmar. Le résultat, pour le moins offensant, serait dû à une "erreur technique".

L'outil de traduction de Facebook, aussi perfectionné soit-il, a encore des progrès à faire en birman. À partir d'une simple publication d'Aung San Suu Kyi, conseillère spéciale du Myanmar, au sujet de la venue du président de la république populaire de Chine dans son pays, le réseau social a traduit accidentellement le nom de Xi Jinping en "M. Shithole", à la stupeur générale. Un terme que l'on pourrait traduire par "trou du cul".

D'autres publications Facebook émanant d’institutions officielles et d’organes de presse birmane pâtissaient de la même traduction, relève le Guardian. L'erreur de traduction est bel et bien propre à Facebook, qui a été tenu de présenter des excuses officielles. 

Une erreur technique

"Nous avons résolu un problème technique qui entraînait des traductions incorrectes du birman vers l'anglais sur Facebook", a fait savoir l'entreprise dans un communiqué. "Cela n'aurait pas dû se produire et nous prenons des mesures pour que cela ne se reproduise plus".

Très concrètement, le système de traduction de Facebook ne comportait pas le nom de Xi Jinping dans sa base de données birmane, et en a donc deviné le sens à partir de mots similaires débutant par "xi" et "shi" en birman. D'où cet incident semi-diplomatique.

“Lorsque le système de Facebook trouve un mot qui n’a pas de traduction, il fait une supposition et le remplace avec un autre mot qui présente des syllabes similaires”, note ainsi Andy Stone, un porte-parole de Facebook, auprès du New York Times, en balayant la théorie d'une traduction intentionnelle. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech