BFM Tech

Les Google Glass interdites... aux meetings d'actionnaires de Google

Pour l'ONG Consumer Watchdog, l'interdiction des Google Glass dans l'enceinte de la réunion des actionnaires relève de la plus grande hypocrisie de la part de la multinationale.

Pour l'ONG Consumer Watchdog, l'interdiction des Google Glass dans l'enceinte de la réunion des actionnaires relève de la plus grande hypocrisie de la part de la multinationale. - -

SUR LES INTERNETS - Une ONG accuse Google d'hypocrisie: la firme a interdit les Google Glass à son dernier meeting d'actionnaires, alors qu'elle passe beaucoup de temps à persuader les consommateurs que ce produit n'est pas un danger pour les libertés individuelles.

La réunion annuelle des actionnaires de Google s'est tenue jeudi dernier, mais, ironiquement, tout ce qui était siglé Google n'y était pas le bienvenu. Smartphones, terminaux électroniques, caméras y étaient bannies pour ne pas porter atteinte au secret de échanges... Mais aussi les Google Glass, relève BGR.com.

Ce nouveau produit de Google, qui est en phase de test et sera disponible au public au début de l'année prochaine, pose un certain nombre de problèmes concernant la protection de la vie privée, puisqu'il revient, globalement, à filmer et géolocaliser tout ce que vous voyez lorsque vous les utilisez. De nombreuses associations commencent à sensibiliser sur ce problème, et l'équipement est déjà bannis de certains établissements, comme les casinos américains.

"Lorsque cela concerne leur propre confidentialité, Google la garde jalousement"

Pour l'ONG Consumer Watchdog, l'interdiction des Google Glass dans l'enceinte de la réunion des actionnaires relève de la plus grande hypocrisie de la part de la multinationale qui dépense beaucoup d'énergie à faire accepter son produit, et les contraintes qui vont avec.

John M. Simpson, directeur de projet dans cette ONG, accuse: "Google Glass aide les gens qui veulent envahir votre sphère privée et prenant des photos et en filmant discrètement, mais lorsque cela concerne leur propre confidentialité, Google la garde jalousement!"

L'association attaque Google depuis longtemps sur son opacité, critiquant sa volonté de rendre l'information de tous publique, tout en gardant ses secrets par-devers elle.

De manière plus large, c'est la définition de la confidentialité que tente d'imposer Google qui fait réagir les ONG. Elle distingue son secret industriel de la vie privée, qu'elle exploite et qui n'a pas vocation à être dissimulée, selon la doctrine chère à l'ancien PDG de la firme, Eric Schmidt: "S'il y a quelque chose que vous voulez tenir secret, peut-être n'auriez-vous pas dû le faire en premier lieu."

>> A lire sur BGR.com

Olivier Laffargue