BFM Tech

Les ballons Loon d’Alphabet (ex-Google) déployés en Indonésie

-

- - -

La maison mère de Google poursuit son projet de connexion internet par ballons stratosphériques permettant aux habitants des régions les plus reculées du monde d'accéder à la toile en 4G. Le réseau indonésien sera opérationnel en 2016.

Loon continue de tisser sa toile : le réseau de ballons stratosphériques d’Alphabet (ex-Google) devrait être déployé en Indonésie l’an prochain, selon The Verge, apportant ainsi internet dans les régions les plus reculées.

-
- © -

En partenariat avec trois entreprises de télécoms locales, la firme américaine a prévu de lancer plus des centaines de ballons, une dimensions largement supérieure aux 30 ballons lancés en Nouvelle Zélande en 2013 lors du premier test grandeur nature.

Internet qui vient des cieux

Evoluant dans le haut de la stratosphère, à environ 18 km d’altitude, les ballons conjointement opérés par Alphabet et ses partenaires vont arroser les régions survolées en Wi-Fi, à un débit qui d’environ 10 Mbit/s.

-
- © -

Un enjeu crucial dans ce pays en développement extrêmement fragmenté : les 250 millions d’habitant du 4e pays le plus peuplé au monde sont répartis sur 922 des 18.000 îles répertoriées. 

Des partenariats plutôt que la guerre aux fréquences

Soucieux de son efficacité et de son image, Alphabet a une approche conciliante pour développer son projet: plutôt que de se battre pour récupérer des fréquences de diffusion, l’équipe du projet cultive activement les partenariats.

-
- © -

En Indonésie, le réseau de Loon sera loué aux opérateurs mobiles pour étendre leur couverture réseau, limitant ainsi leurs dépenses en infrastructure au sol, bien plus coûteuses. Le déficit d'infrastructure des pays en voie de développement est le terrain de jeu favori d'Alphabet/Google: si les premiers tests ont étés menés calmement en Nouvelle Zélande, la première annonce d'un déploiement d'importance de ces ballons magiques en juillet dernier concernait le Sri Lanka

Des ballons connectés

Ces ballons de polyéthylène de 12 mètres de hauteur couvre une surface de 40 kilomètres de diamètre et communiquent entre eux et avec des antennes radio géantes au sol qui font transiter les données dans les deux sens.

Ils puisent leur énergie dans nôtre astre au moyen de leurs panneaux solaires de 100W ultralégers, lesquels chargent des batteries li-ion pour continuer de fonctionner la nuit. Ces voyageurs du ciel peuvent rester en l’air de 100 à plus de 700 jours, selon les courants aériens et les événements climatiques.

Issu du laboratoire d'idées Google X, le projet Loon prend corps et pourrait permettre à des centaines de millions de personnes d'accéder à un réseau (et des débits !) dont ils sont pour le moment exclus.