BFM Business

Le numérique accentue-t-il les inégalités scolaires ?

L'association pour la fondation étudiante pour la ville publiera mardi 20 septembre 2016 une enquête sur les pratiques numériques de collégiens scolarisés en éducation prioritaire.

L'association pour la fondation étudiante pour la ville publiera mardi 20 septembre 2016 une enquête sur les pratiques numériques de collégiens scolarisés en éducation prioritaire. - Fred Dufour-AFP

Les inégalités scolaires ne proviendraient pas tant d'un déficit d'équipement que du bon usage de contenus en ligne à des fins éducatives. Une association publiera, mardi 20 septembre, une enquête sur les pratiques numériques de collégiens en zone d'éducation prioritaire.

Comment faire pour que le numérique contribue à réduire et non à accroître les inégalités scolaires? L'association la fondation étudiante pour la ville (Afev) organise mardi 20 septembre 2016 sur ce thème sa 9ème "journée de refus de l'échec scolaire". L'association publiera le même jour une enquête sur les pratiques numériques de collégiens scolarisés en éducation prioritaire.

Le thème de l'édition 2016, "le numérique contre les inégalités éducatives", part du constat que les étudiants bénévoles utilisent de leur propre initiative le numérique lors du soutien apporté aux enfants, explique Eunice Mangado, directrice déléguée de l'Afev. Les étudiants "n'ont pas apporté la lumière numérique aux enfants, les enfants ont déjà des pratiques numériques qu'ils partagent", tandis que les étudiants "montrent des choses qui peuvent être utiles directement pour la dimension scolaire, comme Wikipedia ou Google Earth", précise-t-elle.

L'État a lancé un plan numérique d'un milliard d'euros en mai 2015

"Aujourd'hui, la fracture n'est plus sur l'équipement", indique Mme Mangado. "Par contre, il y a des pratiques qui sont pauvres". "Quand il s'agit d'aller chercher un stage" en filière professionnelle, "ce n'est pas en tapant sur la barre Google, stage coiffure, ou chaudronnerie qu'ils vont y arriver".

Ces interrogations sur les apports pédagogiques du numérique surgissent alors que le gouvernement a lancé depuis 16 mois un vaste plan doté d'un milliard d'euros (cf encadré ci-dessous) pour les écoles et les collèges. "La révolution numérique est une chance pour l'école parce que les nouveaux outils offrent un potentiel de renouveau pédagogique important, pouvant améliorer l’efficacité et l’équité du système éducatif" expliquaient les pouvoirs publics pour justifier cet investissement.

Quant le numérique peut accélérer la fracture scolaire...

Le numérique peut toutefois être un accélérateur d'inégalités "surtout en termes d'usages, entre ceux qui ont les codes, une utilisation pour des recherches documentaires, un outil de plus dans leur bagage culturel, et ceux qui n'ont pas les codes", souligne Christophe Paris, directeur général de l'Afev.

"Celui qui le maîtrise pleinement en fait un outil efficace pour son insertion, mais celui qui ne le maîtrise pas est encore plus éloigné qu'il y cinq ou dix ans", fait-il valoir.

Des pédagogies numériques, comme la classe inversée, où les élèves découvrent d'abord le cours dans une vidéo à la maison, "vont beaucoup bénéficier à ceux qui ont déjà le plus de capital scolaire", mais il ne faut pas oublier "ce qui se passe à la maison. Est-ce que les enfants et leurs parents sont tous à l'aise de la même façon pour l'appréhender?", relève Mme Mangado.

Le logiciel Pronote, utilisé par beaucoup de collèges pour communiquer avec les familles, "est formidable. Mais qui a accès, qui sait vraiment l'utiliser?" Si un établissement ne cherche pas à savoir pourquoi une partie des parents ne se connecte pas, "sans se poser la question de l'équipement et des inégalités d'usage, on accroît les inégalités", prévient-elle.

Si le numérique "rend à portée de main tout un pan du savoir auparavant inaccessible", il "hausse parallèlement les compétences requises" en termes de "jugement critique, de capacité à décrypter et hiérarchiser les informations", insiste Mme Mangado.

Internet a "sur certains enfants une légitimité très forte, en concurrence directe avec ce que disent d'autres adultes", ajoute-t-elle, évoquant "un tournant à partir de 2015": dans un contexte marqué notamment par les attentats jihadistes, les étudiants ont "vraiment constaté la portée des questions de théorie du complot", phénomène qui rend d'autant plus nécessaire de "renforcer l'accompagnement humain".

un quart des collèges ont rejoint le plan numérique à la rentrée 2016

Annoncé le 7 mai 2015, le plan numérique gouvernemental d'un milliard d'euros pour l'école est déployé progressivement depuis la rentrée 2015. Ce sont 1 256 écoles et 1 510 collèges au moins qui ont équipés en tablettes numériques à la rentrée 2016. C’est près d’un quart des collèges qui rejoignent donc le plan numérique. Plus de 175 000 élèves sont dotés de tablettes numériques, cofinancées par l’État et par les collectivités. Outre l'équipement en matériel, le milliard d'euros est destiné à la formation de enseignants et au développement de ressources numériques accessibles.

BFMBusiness avec AFP (Andrea Graells Tempel)