BFM Business

Lancement d'un réseau social "Nelson Mandela"

Nelson Mandela a désormais son propre réseau social.

Nelson Mandela a désormais son propre réseau social. - -

La plateforme Mandela.is a été lancé par les petit-fils du leader sud-africain.

Aller "sur Mandela" sera-t-il bientôt aussi "cool" que d’aller sur Facebook, Twitter ou Ask.fm ? Toujours hospitalisé dans un état grave à l’âge de 95 ans, l’ancien président sud-africain a désormais son propre réseau social. Deux de ses petits-enfants viennent en effet de créer la plateforme Mandela.is.

Après une simple inscription par le biais de leur compte Facebook, Twitter ou avec leur adresse mail, les visiteurs, nommés "citoyens" peuvent laisser des messages, poster des photos ou partager des pensées. L’objectif est d'étendre l'aura du héros de la lutte anti-apartheid dans le monde entier.

Discrètement lancé en mars, le site, hébergé en Islande, est encore dans sa version provisoire. Il compte plusieurs milliers de membres, dont certains sont déjà très actifs. Certains publient leurs poèmes, d’autres parlent de justice. Un des sujets les plus en vue sur la plate-forme est par exemple #inspirationnalquote (citation qui suscite l’inspiration).

"N'attendons pas qu'il soit décédé"

Le design et les fonctionnalités de Mandela.is semblent s’inspirer des réseaux sociaux les plus en vue : mur personnel et "j’aime" comme sur Facebook, "hashtags" comme sur Twitter… Le nouveau réseau social ressemble par ailleurs fortement à celui de Lady Gaga, Little Monsters, mis au point par la start-up Backplane, qui est aussi associée au développement de mandela.is.

Le site de la chanteuse américaine réuni un million de personnes. Les cousins Ndaba Mandela et Kweku Mandela, qui ont lancé le site, espèrent que Mandela.is aura la même force de frappe. Les deux fondateurs sont les fils des enfants que Mandela a eus avec sa première femme, Evelyn. Ils envisagent de tirer des bénéfices du nouveau réseau, dont une partie pourrait financer leur fondation.

Agé de 30 ans, Ndaba Mandela ne semble pas trouver la démarche incongrue: "C'est un réseau social qui se nourrit de l'inspiration que suscite mon grand-père au niveau mondial."

"Les gens peuvent raconter ce que Mandela les a incités à faire, comment il les a encouragés à rendre service à leur communauté", ajoute le jeune homme, président d'Africa Rising, un organisme à but non lucratif qui veut encourager l'innovation et le développement en Afrique.

"Nous ne rendons hommage à nos héros, à nos chefs qu'une fois qu'ils sont morts", regrette Ndaba. "Nous voulons faire bloc comme une famille et dire: n'attendons pas qu'il soit décédé, commençons à le célébrer tant qu'il est encore vivant, capable de bouger, parler et communiquer."

M.K. avec AFP