BFM Business

Ils empochent près de deux millions d'euros avec une arnaque au dépannage informatique

L'arnaque déployée était beaucoup moins complexe que ce que laisse suggérer cette image.

L'arnaque déployée était beaucoup moins complexe que ce que laisse suggérer cette image. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Trois chefs d'entreprise sont suspectés d'avoir créé une fausse plateforme d'assistance informatique. Ils ont depuis été mis examen pour escroquerie.

Pour qu'une arnaque en ligne soit bien ficelée et redoutable, il suffit parfois de recourir à de très simples stratagèmes. D'après les informations de France Inter, trois chefs d'entreprise ont pendant de longs mois déployé une arnaque au dépannage informatique particulièrement efficace. Pas moins de 8.000 internautes en ont été victimes, pour près d'1,9 million d'euros de préjudice au total.

Ce sont les enquêteurs du C3N, la cellule "cyber" du pôle judiciaire national de la gendarmerie, qui ont ferré les responsables. Ces derniers arrondissaient leurs fins de mois grâce à leur ruse numérique. A la suite de l'ouverture d'une enquête en mars 2018 par le parquet de Paris, ils ont été placés en garde à vue puis déférés devant un juge d'instruction ce 31 janvier. 

200 à 500 euros par tentative

La technique déployée pour soutirer de l'argent à leurs victimes semble peu originale. Elle reste néanmoins inédite par son ampleur. "Le mode opératoire employé repose sur l’apparition inopinée lors d’une navigation sur internet d’un message de sécurité ayant les apparences d’une fenêtre d’alerte, opérant le blocage de l’ordinateur", fait savoir le communiqué de presse du procureur de la République. Pris de panique, et persuadées que leur ordinateur serait inutilisable, bon nombre de personnes ciblées cédaient au message affiché, en contactant un numéro proposé et associé à un "technicien".

"Celui-ci, après une phase de mise en confiance, intervient en prenant le contrôle de l’ordinateur à distance. A l’issue de son intervention, l’individu réclame, le règlement par virement ou par carte bancaire, d’une somme généralement comprise entre 200 et 500 euros", est-il également précisé. Les personnes ciblées livraient en général leurs coordonnées bancaires pour cette fausse assistance technique.

D'après l'enquête, les principales victimes sont des personnes en situation de faiblesse, souvent âgées. Les plus difficiles à convaincre cédaient en général face aux capacités de persuasion du technicien. Une facture en bonne et due forme leur était envoyée, mettant en valeur le détail des prestations fournies. Alors qu'il suffisait, simplement, de redémarrer son ordinateur pour le retrouver sain et sauf.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech