BFM Tech

Il hacke un bouton Amazon Dash pour lutter contre Trump

-

- - Vidéo N. Pryor

Agacé par les déclarations du président des États-Unis, un geek a programmé un bouton Amazon Dash pour qu'il envoie automatiquement un don à une association de défense des libertés.

Normalement, les Amazon Dash Buttons permettent de commander de la lessive, des capsules de café ou toute autre denrée du quotidien. Mais Nathan Pryor, designer et programmeur, a eu l’idée de "hacker" l’un de ces boutons pour qu’une simple pression envoie un don de cinq dollars à l’American Civil Liberties Union ou ACLU, une association américaine de défense des droits et libertés individuelles.

L’idée est née dans l’esprit de Nathan Pryor après une conversation avec une de ses amies, qui rêvait d’un bouton Dash ACLU pour faire un don à chaque fois qu’elle lisait un article évoquant une décision de Trump. Il décide alors de commander sur le champ un AWS iOT Button, un bouton Amazon à programmer soi-même, qui permet ainsi d’une pression de lancer Netflix, d’ouvrir la porte du garage ou encore de commander une pizza… grâce à quelques lignes de code.

Mais il n’existe pas d’interface de programmation pour faire un don à une association. Aussi Nathan Pryor a-t-il développé son propre code. Pour cela, il a commencé par analyser le formulaire de don pour qu’il soit automatiquement rempli avec le nom, l’adresse, l’e-mail, les informations de carte de crédit du donateur, puis envoyé.

Il a alors écrit un script en Python qu’il a ensuite soumis au service de programmation d’Amazon, en prenant la précaution d'utiliser une carte spéciale pour le test. Puis il a imprimé une façade au nom de l’ACLU pour son bouton Dash, histoire de lui donner un petit côté officiel. Et devinez quoi? Cela a fonctionné! Nathan Pryor a donc entré dans le code les informations relatives à sa propre carte bancaire, afin que son compte soit débité à chaque pression sur le bouton.

-
- © Vidéo N. Pryor

Celui-ci trône désormais sur l’écran de son ordinateur, prêt à être utilisé à chaque nouvelle "attaque" du président des États-Unis. Et pour ceux qui souhaiteraient faire de même, Nathan Pryor a mis son script à disposition des internautes, en prévenant tout de même qu’il n’en garantissait pas la sécurité.