BFM Tech

Facebook écope d'une amende colossale de 5 milliards de dollars

Le logo Facebook

Le logo Facebook - AFP

Le régulateur américain a infligé une amende record de 5 milliards de dollars à Facebook. En cause: les manquements du premier réseau social au monde en matière de protection des données personnelles.

C'est désormais officiel: Facebook a accepté l'amende record infligée par les autorités américaines. Le plus gros réseau social au monde devra ainsi verser 5 milliards de dollars pour avoir "trompé" ses utilisateurs sur sa capacité à contrôler la confidentialité de leurs informations personnelles, d'après un communiqué publié mercredi. Mi-juillet, plusieurs médias américains avaient évoqué le règlement à venir d'une telle ardoise. 

"Alors qu'il n'a cesse de promettre à ses milliards d'utilisateurs dans le monde qu'ils seraient en mesure de contrôler la façon dont les données personnelles étaient partagées, Facebook a restreint les choix des consommateurs", dit le président du régulateur américain, Joe Simons.

Les retombées de Cambridge Analytica

L'agence fédérale vient sanctionner l'entreprise pour avoir enfreint un accord datant de 2011, aux termes duquel il s'engageait au respect des données personnelles de ses utilisateurs et à la transparence quant à leur utilisation à des fins publicitaires. La FTC avait ouvert des investigations après l'éclatement en mars 2018 du scandale des fuites de données vers Cambridge Analytica.

Une amende record

Il s'agit-là de l'amende la plus importante jamais infligée pour violation de la vie privée des consommateurs, et l'une des plus conséquentes jamais émises par le gouvernement américain, toutes infractions confondues. Facebook avait néanmoins anticipé l'ampleur de cette sanction depuis avril. Le réseau avait à l'époque provisionné trois milliards de dollars. 

De plus, l'autorité impose la mise en place d'un comité indépendant sur la protection de la vie privée, "supprimant ainsi le contrôle absolu du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, sur les décisions affectant la confidentialité des utilisateurs", précise le régulateur.

Elsa Trujillo avec AFP