BFM Business

En Suisse, le principal opérateur téléphonique va signaler les regroupements aux autorités

Le drapeau suisse

Le drapeau suisse - AFP

Le gouvernement suisse va profiter des données de Swisscom pour déterminer si des individus se rassemblent de manière illégale.

Pour faire respecter les mesures de distanciation sociale liées à l'épidémie de coronavirus, la Suisse compte un nouvel allié. D’après les informations obtenues par le quotidien Le Temps, le gouvernement fait appel à Swisscom, premier opérateur téléphonique du pays, pour contrôler le nombre d’individus regroupés à un même endroit. Le pays, qui n’a pas encore décrété le confinement généralisé, interdit tout rassemblement de plus de cinq personnes depuis le 20 mars dernier.

Plusieurs garde-fous

Concrètement, Swisscom communiquera aux autorités tout rassemblement de plus de vingt personnes dans un espace de 100 mètres sur 100. Pour ce faire, l’entreprise se basera sur le nombre de cartes SIM géolocalisées dans ce périmètre.

Toujours selon Le Temps, l’analyse sera limitée aux endroits publics. La surveillance ne s’appliquera donc pas aux immeubles, maisons, ou locaux professionnels. Par ailleurs, l’alerte sera donnée avec 24 heures de décalage à l’Office fédéral de la santé publique, l’équivalent du ministère de la Santé. 

Le but n’est donc pas de procéder à une intervention en temps réel, mais de surveiller d’éventuels rendez-vous quotidiens ou récurrents entre plusieurs personnes. Par ailleurs, les données seront anonymisées: aucun nom d’abonné ne sera transmis aux autorités.

Partout dans le monde, les opérateurs sont mis à contribution pour faire respecter les consignes de confinement, grâce aux nombreuses données de géolocalisation dont ils disposent, avec pour principal défi le respect de la vie privée

En France, le gouvernement n’a pour l’heure aucun projet mettant à contribution de telles données, du moins dans un format identifiable. Une utilisation des données télécom anonymisées pour étudier les déplacements à grande échelle n’est en revanche pas exclue.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech