BFM Business

En cas d'attentat ou de catastrophe naturelle, vous serez bientôt alerté directement par SMS

L'application d'urgence SAIP a été définitivement abandonnée le 31 mai.

L'application d'urgence SAIP a été définitivement abandonnée le 31 mai. - DAMIEN MEYER / AFP

Le Parlement européen a voté ce 14 novembre en faveur de la mise en place d'un système d’alerte par SMS unique pour les voyageurs ou citoyens des Etats membres de l'UE. Le dispositif devra être déployé dans moins de quatre ans.

Jusqu'à présent frileux à ce sujet, le gouvernement français devrait se voir forcé de basculer vers les systèmes d'alerte par SMS. Ce 14 novembre, le Parlement européen a voté à 584 voix contre 42 en faveur de la directive établissant la refonte du code des communications électroniques européen. Le texte comprend, en son article 110, la nécessité de mettre en place un système européen simple et efficace d'alerte d'urgence. 

Concrètement, en cas de menace imminente, d'attentat ou de catastrophe naturelle, les citoyens européens et voyageurs des Etats membres de l'Union européenne pourront être directement avertis sur leur téléphone portable, sans avoir à faire de manœuvre particulière et en fonction de la zone dans laquelle ils se trouvent. 

Une fois le texte définitivement voté, le 3 décembre, les Etats membres disposeront de trois ans et demi pour rendre possible un tel système sur leur sol. 

Deux technologies à l'étude

"Deux technologies sont envisageables", estime Benoît Vivier, de l'EENA (European Emergency Number Association), une association qui a œuvré pour l'adoption du nouveau dispositif. "La diffusion cellulaire ou les SMS localisés. Il s'agira d'informer toutes les personnes connectées à une antenne téléphonique. Par exemple, si jamais une catastrophe se produit à Lille, les pouvoirs publics pourront décider d’envoyer une alerte aux gens qui s’y trouvent et s'étant de fait connectées à une antenne téléphonique de ce périmètre".

Un tel système d'alerte mobile existe aux Pays Bas depuis 2012. Il a également été testé en Belgique. En novembre dernier, à l'occasion d'un incendie aux abords de Bruxelles, les personnes se trouvant dans cette ville ainsi que deux communes environnantes ont vu s'afficher sur leur mobile des messages les avertissant d'un risque de fumée toxique. 

Des SMS d'urgence reçus à proximité de Bruxelles  en novembre 2017.
Des SMS d'urgence reçus à proximité de Bruxelles en novembre 2017. © Le Soir

Plusieurs systèmes d'alerte ont été testés en France. Celui de l’application SAIP a rapidement montré ses limites. Le service a été enterré fin mai, après de nombreux bugs. Les utilisateurs devaient faire la démarche de télécharger l'application, d'accepter les conditions mais surtout la laisser ouverte pour recevoir une alerte en cas de menace ou d'attaque terroriste. Seuls 900 000 téléchargements ont été comptabilisés. Pour alerter la population en cas d’attentat ou d'événement exceptionnel, l'Etat s’en est depuis remis aux réseaux sociaux : Facebook, afin de pouvoir tirer parti du dispositif Safety Check, et un compte Twitter baptisé @Beauvau_Alerte. Ce dernier est néanmoins resté inactif lors des inondations survenues dans l'Aude mi-octobre.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech