BFM Business

Alerte attentat: le gouvernement mise désormais sur Facebook, Twitter et Google

BFM Tech

En signant l’arrêt de l'application SAIP, le gouvernement compte désormais sur Facebook et les autres réseaux sociaux pour prévenir la population en cas d’attentat.

Lancée il y a deux ans à l'occasion de l'Euro 2016 par le ministère de l’Intérieur, l’application Système d'Alerte et d'Information aux Populations (SAIP) vit ses dernières heures, a appris BFMTV confirmant une information du site RTL Futur. Le contrat qui lie Beauvau au prestataire en charge de ce dispositif prendra fin le 31 mai et ne sera pas renouvelé.

"L'application a montré ses limites", reconnait-on. Sur le plan pratique, les utilisateurs devait faire la démarche de télécharger l'application, d'accepter les conditions mais surtout devait la laisser ouverte pour recevoir une alerte en cas de menace ou d'attaque terroriste. Téléchargée 900.000 fois, elle ne touchait pas une assez large partie de la population.

L'utilisation des réseaux sociaux renforcée

Face aux nombreux ratés recensés et à une inefficacité régulièrement dénoncée, le gouvernement change donc de stratégie. Pour alerter la population en cas d’attentat ou d'événement exceptionnel, l'Etat a notamment établi un partenariat avec Facebook, afin de pouvoir tirer parti du dispositif Safety Check.

Le ministère de l'Intérieur pourra désormais intervenir directement sur la page de cette fonction qui permet aux utilisateurs du réseau social de signaler à leur entourage qu’ils sont en sécurité en cas d’alerte proche de leur position géographique. Elle a notamment été activée à Paris, lors de l’attaque au couteau du 12 mai dernier qui a fait un mort. A ce jour, un peu moins d’un Français sur deux dispose d’un compte Facebook.

-
- © -

Facebook plutôt que le SMS

En marge de son alliance avec Facebook, le gouvernement vient d'activer un compte Twitter baptisé @Beauvau_Alerte, toujours dans le but d’informer la population en cas d’événement majeur. Un bandeau pourra également être visible par les utilisateurs qui le souhaitent où certains messages seront plus visibles. Google sera chargé de mettre en avant les contenus publiés par les autorités lorsque les internautes taperont des mots-clé en lien avec l'événement en train de se dérouler.

D’autres partenariats ont été noués - avec Radio France et la RATP - afin de toucher une plus grande part de la population. Malgré l’échec de sa précédente stratégie, le ministère de l’Intérieur se refuse donc une nouvelle fois à utiliser les systèmes d’alertes par SMS, déjà utilisés par plusieurs pays étrangers.

Justine Chevalier et Raphaël Grably