BFM Business

Durant deux heures une partie du trafic mobile français a été détournée vers la Chine

Deux heures durant, une grande partie du trafic mobile européen a été détourné vers la Chine.

Deux heures durant, une grande partie du trafic mobile européen a été détourné vers la Chine. - HECTOR RETAMAL / AFP

Des données destinées à certains opérateurs européens ont par erreur été envoyées en Chine. D'où une connexion ralentie chez certains clients.

Le gouvernement chinois a-t-il voulu récupérer des données liées à des internautes français? Ce 6 juin, durant plus de deux heures, une partie du trafic mobile européen a été réacheminée vers l'infrastructure de China Telecom, rapporte ZDNet. Majoritairement détenue par l'Etat chinois, la société est aujourd'hui le troisième fournisseur de services Internet et de télécommunications de Chine. Cette redirection permet en théorie à China Telecom de mettre la main sur les informations non chiffrées qui transitent par ses serveurs.

Dans un article de blog, les ingénieurs de l'entreprise Oracle affirment avoir constaté que des données censées transiter depuis leurs serveurs (basés à Toronto) vers le réseau SFR faisaient un curieux crochet par la Chine. De même pour des données devant être acheminées des serveurs d'OVH vers le réseau de Bouygues Telecom. 

De sévères ralentissements

Le détournement n'a pas été sans conséquence pour les clients de ces opérateurs. Ces derniers ont pu remarquer des ralentissements de connexion ou une incapacité de se connecter à certains serveurs. 

A ce stade, l'incident est attribué à une mauvaise transmission d'informations de la part d'un hébergeur suisse baptisé Safe Host. De tels bugs de transmission ne sont pas rares. Mais ils sont en général rapidement détectés par les opérateurs, qui voient arriver un flux de données provenant de l'étranger.

"De tels incidents de routage ne durent souvent que quelques minutes, mais dans ce cas, plusieurs des itinéraires divulgués lors de cet incident étaient en circulation pendant plus de deux heures", fait remarquer Oracle dans une note de blog.

China Telecom a déjà été incriminé dans un détournement semblable. En novembre dernier, des experts d'Oracle avaient noté que l'opérateur chinois avait détourné une partie du trafic Internet. Des flux internes aux Etats-Unis avaient à l'époque fait un crochet par la Chine. L'incident avait cette fois duré deux ans, suscitant l'interrogation de nombreux experts sur un intérêt potentiel des autorités chinoises à mettre la main sur de telles quantités de données.
https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech