BFM Business

Comment la Chine déploie un véritable arsenal technologique pour tenter de bloquer le coronavirus

BFM Tech
Dans le pays, la reconnaissance faciale, des essaim de drones et des systèmes de détection automatisée de la température corporelle sont déployés à marche forcée pour endiguer l'épidémie.

Pour contenir l’épidémie de coronavirus, la Chine table sur ses talents nationaux en matière de nouvelles technologies. Le pays a déployé, en quelques semaines, un véritable arsenal technologique pour limiter au mieux la propagation du virus, qui aurait à date fait 1016 morts dans le pays

Pour détecter au plus vite les personnes contaminées, plusieurs entreprises chinoises ont mis en place un système de prise de température d’une foule de personne en simultané. Parmi elles, Baidu, l'équivalent du Google chinois, et Megvii, un spécialiste de la reconnaissance faciale et des technologies de surveillance. 

Des caméras infrarouges, couplées à de la reconnaissance faciale, permettent de mesurer la chaleur corporelle de 15 personnes en même temps, à 0,3°C près, et de faire retentir une alarme en cas de fièvre. Le tout afin de placer au plus vite les personnes à risque en quarantaine ou de les rediriger vers des services de soin à même de les prendre en charge. 

Autre arme technologique mis à profit dans le pays: des essaims de drones. Ceux des forces de police ont été en partie réaffectés à la désinfection des rues par pulvérisation, et promettent de venir débarrasser du virus des zones plus larges que celles atteintes par les plus classiques camions. Egalement équipés d'outils de reconnaissance faciale, ils font retentir une alarme dès lors qu'un passant ne porte pas de masque. D’autres, équipés de hauts parleurs, font passer des messages à la population, pour les tenir informés.

Enfin, des applications mobiles permettent aux citoyens d'avoir un aperçu des zones infectées, pour mieux les éviter. L'une d'entre elles, évoquée par BBC News, s'en remet aux données de transport et de santé des autorités locales pour aider ses utilisateurs à déterminer s'ils ont voyagé, oui ou non, à proximité d'une personne contaminée. Cela vaut aussi bien pour le train que pour l'avion et les transports en commun.

E.T. avec Anthony Morel