BFM Tech

Ce robot est tellement performant que c’est (presque) effrayant

-

- - -

Le nouveau robot de Boston Dynamics (Google) est un modèle bipède monté sur des roues. Capable de porter des charges importantes, il roule et saute des obstacles avec une nonchalance aussi impressionnante... qu'inquiétante.

"Cauchemar" : c’est le mot qui revient le plus dans la presse anglo-saxonne pour caractériser Handle, le nouveau robot de la célèbre firme Boston Dynamics, propriété d’Alphabet (nom de la maison mère de Google) depuis 2013. Sur le principe, Handle est un robot sympathique puisqu’il est sensé aider l’homme à porter (to handle) des objets. Handle est un robot bipède doté d'une roue sur chacune des deux "pattes" arrière. Ce qui lui permet de se déplacer comme s'il était équipé de rollers.

Et c’est là que Handle fait peur, ou tout du moins dérange : les ingénieurs ont tellement bien travaillé que le comportement de Handle sur ses deux roues est exceptionnel, très proche de l'homme. Chargé d’un très gros sac à dos – il s’agit d’un robot qui doit porter des charges – on le voit rouler à vive allure et sauter une barrière avec la nonchalance d’un rolleur expérimenté.

Handle n’a pas été officiellement annoncé au grand public : c’est Steve Jurvetson, investisseur américain de renom qui a participé à une conférence privée qui a rendu publique la vidéo, comme le rapportent nos confrères de Mashable. Une "fuite" qui ajoute au caractère sulfureux de la "découverte", d’autant plus que le Boston Dynamics a demandé à Steve Jurvetson, membre des comités d’entreprises de Tesla et Space X de la retirer.

En quelques années, les progrès effectués par Boston Dynamics sont impressionnants, notamment dans le côté naturel de l’équilibre de ses robots. Si les premiers modèles étaient patauds, lourds et bruyants, Handle est un bijou de fluidité dans ses mouvements.

En dépit de ses succès techniques, Boston Dynamics pose problème à Alphabet, maison mère de Google : outre le fait qu'aucun modèle ne soit commercialisé à l'heure actuelle, les performances troublantes de Handle et la genèse militaire de l’entreprise pose question. En effet, la première "mule" développée par Boston Dynamics a été financée par la défense américaine pour aider les troupes à porter du matériel. 

Alphabet ne veut plus de Boston Dynamics

Des éléments qui conduisent d’ailleurs Alphabet à chercher à se débarrasser de Boston Dynamics – l’entreprise est théoriquement à vendre – pour éviter de recevoir le label Cyberdyne, du nom de l’entreprise fictive des films Terminator qui a développé l'IA Skynet, responsable de la guerre des machines. Pour l’heure, on se rassurera face à "menace" potentielle de Handle : aussi doué soit-il, le super robot ne peut évoluer que sur des surfaces lisses.

Jusqu’à la prochaine version.