BFM Business

Aux Etats-Unis, les opérateurs limitent les débits de Netflix et YouTube

-

- - BFMTV.COM

D’après les résultats publiés par un chercheur américain, les opérateurs américains imposent des limites de débit importantes lorsque leurs clients utilisent des services de streaming.

Aux Etats-Unis, la neutralité du net est enterrée depuis bientôt un an. La règle, qui consiste pour les opérateurs à traiter les différents contenus de manière équitable - donc de ne pas ralentir l’accès à certaines applications, a été abrogée afin de leur permettre de faire payer les services les plus gourmands en données. D’après une étude dirigée par David Choffnes, chercheur à l’université Northeastern, tous les grands opérateurs américains ont pris l’habitude de dégrader la connexion de leurs clients afin de limiter la quantité de données consommées.

Des chutes de débit très importantes

Afin de mesurer l’étendue de ce bridage, David Choffnes a développé une application baptisée Wehe, capable d’évaluer la différence de débit selon qu’un smartphone utilise une application de streaming (comme Netflix ou YouTube) ou une autre, non visée par les opérateurs. Alphabet (maison-mère de Google) et l’ARCEP (l’autorité française de régulation des communications) figurent parmi les soutiens financiers de Wehe. Téléchargée par 100.000 personnes depuis le mois de janvier, Wehe a permis de constater d’importants écarts chez Verizon, AT&T, ou encore T-Mobile, trois des plus gros opérateurs américains.

-
- © Meddle.mobi

D’après les résultats publiés sur le site de Wehe et repris par Bloomberg, les applications les plus concernées par ce bridage de débit sont YouTube, Netflix, Amazon Prime Video et NBC Sports. La dégradation de la connexion peut être importante. Un test a notamment montré qu’en ouvrant Netflix sur un smartphone connecté au réseau T-Mobile, le débit passe de 6,62 mégabits par seconde à 1,77 mégabit par seconde, soit une chute de débit de près de 75%.

Gestion du réseau ou bridage, une frontière ténue

Interrogés par Bloomberg, les représentants des opérateurs cités évoquent une simple gestion du réseau, visant à répartir le plus justement les capacités de débit entre les utilisateurs. Ils suggèrent par ailleurs de payer davantage si l’on souhaite bénéficier de contenus en haute définition. Pour les clients, impossible de savoir si ces ralentissements sont effectivement destinés à mieux équilibrer le réseau où s’il s’agit d’une démarche volontaire afin de les inciter à choisir un forfait plus onéreux.

Malgré la défense de la neutralité du net par le gouvernement, les Français ont déjà été victimes de ce genre de pratiques. Comme aux Etats-Unis, plusieurs opérateurs souhaitent faire payer les clients ou les fournisseurs de services (comme Netflix ou YouTube) afin de compenser des usages qui nécessitent des infrastructures plus coûteuses. Pendant de longs mois, Free a ainsi ralenti la connexion de ses clients à YouTube, puis à Netflix, avant de leur offrir davantage de bande passante.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech