BFM Business

Après l’engouement, l’assistant de Google capable de passer des appels suscite des doutes

Google Duplex a été présenté le 8 mai.

Google Duplex a été présenté le 8 mai. - YouTube/ Google Duplex

Le "terrifiant" assistant de Google est en mesure de prendre des rendez-vous par téléphone, en utilisant une voix indissociable d'une voix humaine. Mais certaines zones d'ombre subsistent à son sujet.

Il constitue un rêve pour tout phobique du téléphone. L'assistant vocal dévoilé par Google le 8 mai est en mesure de mener une conversation naturelle avec un interlocuteur humain, d'en comprendre les nuances, voire de montrer une forme d'hésitation, et de négocier une date de rendez-vous. Le tout sans que l'employé contacté se rende compte qu'il converse avec une machine.

A l'origine d'un véritable débat éthique sur les risques d'une voix robotique indissociable d'une voix humaine - l'assistant a notamment été qualifié de "terrifiant" sur Twitter par la chercheuse en sécurité Zeynep Tufekci, Google Duplex suscite également quelques doutes. 

Contacté par le média américain Axios, Google refuse en effet de donner certaines informations au sujet de sa création. Ainsi du nom des établissements contactés aux Etats-Unis, dont un salon de coiffure et un restaurant, pour enregistrer ces conversations.

Axios fait également remarquer que la conversation, qui semble naturelle, ne l'est pas tant que ça, pour toute personne habituée à prendre des rendez-vous téléphoniques aux Etats-Unis. Les deux établissements contactés par Google lors de sa démonstration répondent en demandant à leur interlocuteur de quelle façon ils pourraient l'aider, sans mentionner le nom de leur entreprise. En poussant le vice jusqu'à appeler une trentaine d'établissements dans la région de Mountain View, en Californie, Axios fait remarquer que tout employé d'un petit commerce contacté au téléphone rappelle en général le nom de son établissement pour entamer une conversation.

Le naturel des voix artificielles présentées lors de la conférence Google I/O, qui ponctuent notamment leurs phrases de rires et d'exclamations, font également douter Axios sur l'authenticité des échantillons audio dévoilés. Google se refuse néanmoins à tout commentaire sur une éventuelle modification de ces courtes discussions. 

Fidèle au strict respect de sa politique de confidentialité, Google risque de rester avare en informations sur le sujet. Seule certitude : les fonctions de conversation naturelle présentées le 8 mai seront testées dans les mois qui viennent.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech