BFM Business

Aéroports: comment de nouveaux scanners vont accélérer les contrôles de sécurité

-

- - Josep LAGO / AFP

Basés sur une technologie d’imagerie médicale, les machines éviteront aux passagers d’éparpiller leurs affaires avant de passer les portiques de sécurité.

Dans les prochaines années, le passage aux contrôles de sécurité des aéroports deviendra moins désagréable. Grâce à l’arrivée de nouveaux scanners, le contenu des bagages de cabine sera analysé sans que les voyageurs n’aient à sortir leurs produits liquides ou leur ordinateur. Les opérateurs en charge des contrôles de sécurité auront accès à des images très détaillées depuis leur écran.

A la différence des modèles actuels, ces nouveaux scanners produisent des images en trois dimensions, qui peuvent être inspectées de très près, employant une technologie baptisée “tomographie informatisée”. Ainsi, l’opérateur peut faire pivoter les différents objets contenus dans un sac ou une valise directement depuis son ordinateur, et en contrôler chaque centimètre. Les voyageurs n’auront donc plus à disperser leurs effets dans plusieurs bacs.

“D’abord utilisée dans les hôpitaux, la tomographie informatisée est une évolution des technologies d’analyse par rayons X. [...] Elle permet de détecter des menaces avec davantage d’efficacité et peut mettre fin à la nécessité de sortir les produits liquides et son ordinateur de son sac. Grâce à la baisse du nombre de bacs utilisés [...], le passage au point de contrôle pourrait être fluidifié” explique l’entreprise Smiths Detection, fabricant de ce nouveau scanner, dans un communiqué de presse.

Etats-Unis et la Grande-Bretagne en première ligne

Comme le rappelle la BBC, l’aéroport International de Londres Heathrow vient d’annoncer l’investissement de 50 millions de livres (55 millions d’euros) dans ces technologies, testées depuis 2017. Grant Shapps, Secrétaire d'État aux Transports britannique, confirme que ces équipements éviteront aux passagers de sortir les liquides et les diverses machines de leur sac.

En début d’année, l'agence nationale américaine de sécurité dans les transports a annoncé l’achat de 300 scanners de nouvelle génération pour un total de 97 millions de dollars (87 millions d’euros). Soit près de 300.000 euros par machine. Le déploiement est prévu pour 2020 dans plusieurs grands aéroports du pays.

Sur son site, l’entreprise Smiths Detection précise que ces nouveaux scanners ont été certifiés par les autorités américaines et par la Conférence européenne de l'aviation civile. D’autres essais ont ainsi été conduits en Allemagne, en Australie, tandis que des aéroports japonais et sud-coréens ont également passé commande. Pour l'heure, aucun déploiement de ces machines n'a été annoncé dans les aéroports français.

Ces nouvelles images en trois dimensions pourraient par ailleurs ouvrir la voie à une analyse d’image assistée par ordinateur, comme c’est déjà le cas en médecine. Des systèmes de “détection automatique des armes à feu, des couteaux, des batteries et des autres objets interdits” sont évoqués par Smiths Detection auprès du site américain Popular Science.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech