BFM Business

Un réseau d'escroquerie au crédit en ligne démantelé dans la Sarthe

Six hommes de 24 à 40 ans seront jugés en novembre au Mans pour avoir dérobé à des banques près de 800.000 euros grâce à un vaste réseau d'escroquerie au crédit en ligne

Six hommes de 24 à 40 ans seront jugés en novembre au Mans pour avoir dérobé à des banques près de 800.000 euros grâce à un vaste réseau d'escroquerie au crédit en ligne - Unsplash- CC

Six hommes seront jugés en novembre pour avoir dérobé près de 800.000 euros à des banques.

Six hommes de 24 à 40 ans seront jugés en novembre au Mans pour avoir dérobé à des banques près de 800.000 euros grâce à un vaste réseau d'escroquerie au crédit en ligne, a annoncé le parquet vendredi. Cinq d'entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire et le sixième, présenté comme "l'instigateur principal", a été placé en détention provisoire jusqu'au procès prévu le 5 novembre. Ils encourent dix ans de prison, selon un communiqué de presse de la procureure du Mans Delphine Dewailly.

L'affaire débute en juin 2019 quand Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy, signale au parquet du Mans des "mouvements financiers suspects sur une trentaine de comptes bancaires ouverts frauduleusement" par plusieurs personnes utilisant des documents à l'authenticité douteuse "pour souscrire des crédits en ligne", selon la même source. Tous les comptes sont domiciliés dans la Sarthe.

Plus de 793.000 euros de préjudice

Les suspects souscrivent les crédits grâce à des identités usurpées puis transfèrent l'argent sur "une multitude de comptes pour brouiller les pistes", a décrit le commissaire divisionnaire Franck Hemery, directeur territorial de la police judiciaire d'Angers, co-saisi de l'enquête avec la gendarmerie de la Sarthe. "Le fait que l'argent transite d'un compte à l'autre le rend assez difficilement traçable", a expliqué Franck Hemery à l'AFP, décrivant un "mode opératoire pas complexe" mais nécessitant de longues investigations.

Une soixantaine de papiers d'identité ont été usurpés au total, selon le parquet. Ils étaient fournis par un employé d'entreprise de rénovation énergétique qui recueillait ces documents pour des demandes d'aides publiques.

"Les particuliers n'ont pas subi de préjudice", a toutefois souligné le commissaire Hemery. Les enquêteurs ont identifié "au total plus de 793.000 euros de préjudice pour les établissements bancaires", selon le parquet. Les suspects ont été arrêtés mardi et placés en garde à vue avant d'être présentés au parquet jeudi. Quelque 17.000 euros ont été saisis sur les comptes bancaires des suspects.

AKM avec AFP