Tech&Co
TikTok

Pour éviter une interdiction aux Etats-Unis, TikTok envoie ses influenceurs au Capitole

Sur TikTok, le mot-clé "KeepTikTok" est repris par des stars américaines de la plateforme, amenées par l'entreprise au Capitole pour défendre sa cause.

"Quand tu as mis les mauvaises chaussures au Capitole": une dizaine de tiktokeurs ont déambulé mercredi dans les couloirs du Congrès américain en se filmant pour s'opposer à l'interdiction de l'application. Sur la plateforme, certains influenceurs cumulant des millions d'abonnés revendiquent d'avoir "été amenés" à Washington par la plateforme chinoise elle-même.

De nombreux élus américains, républicains comme démocrates, estiment que la populaire plateforme de vidéos, propriété du groupe chinois Bytedance, permet à Pékin d'accéder aux données confidentielles des utilisateurs. Ils ont présenté plusieurs projets de loi ces dernières semaines pour interdire l'application, qui compte plus de 150 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis.

Opération "KeepTikTok"

Plusieurs influenceurs de TikTok se sont rendus dans la capitale américaine cette semaine pour s'opposer avec véhémence à cette interdiction. "Nous sommes à Washington, vous voyez le Capitole juste-là", lance la tiktokeuse @countrylather2020, dans une vidéo assortie du hashtag #KeepTikTok (#GardezTikTok). "Nous espérons parler à quelques sénateurs", raconte celle dont le compte est spécialisé dans la fabrication de savons.

Le patron de l'application, Shou Chew, sera auditionné par des élus américains jeudi. Toujours dans le cadre de l'opération "KeepTiKTok", il s'est lui-même mis en scène avec des personnalités de la plateforme, comme avec Janette Ok (1,7 million d'abonnés).

Alors que l'utilisation de TikTok est interdite pour les fonctionnaires de nombreux pays, l'Assemblée nationale a alerté les députés concernant les dangers des applications étrangères le 20 mars dernier. Depuis ses débuts, TikTok permet ainsi à des salariés chinois de consulter les données personnelles d'utilisateurs européens. Une pratique que l'entreprise ne compte pas changer à l'avenir.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably avec AFP Chef de service BFM tech