BFM Business

Télécoms: vers un allègement de l'arsenal américain anti-Huawei ?

"Les entreprises américaines peuvent vendre leur équipement à Huawei", a dit Donald Trump lors d'une conférence de presse à la fin du sommet du G20 d'Osaka.

"Les entreprises américaines peuvent vendre leur équipement à Huawei", a dit Donald Trump lors d'une conférence de presse à la fin du sommet du G20 d'Osaka. - Mandel Ngan-AFP

Le président américain Donald Trump a évoqué samedi un possible allègement des restrictions américaines contre le géant chinois des télécoms. Un assouplissement lié à la trêve annoncée dans la guerre commerciale sino-américaine?

"Les entreprises américaines peuvent vendre leur équipement à Huawei", a déclaré Donald Trump lors d'une conférence de presse à la fin du sommet du G20 d'Osaka. "Nous parlons là d'équipement qui ne pose pas de grand problème de sécurité nationale", a-t-il noté. Un porte-parole de l'équipementier télécoms chinois s'est refusé à tout commentaire.

Il n'était cependant pas clair dans l'immédiat s'il entendait par là que la position américaine vis-à-vis de Huawei avait changé alors que les États-Unis ont menacé mi-mai de placer la firme chinoise sur une "liste noire" d'entreprises auxquelles il est interdit de vendre de la technologie américaine sauf autorisation spéciale, pour des raisons de sécurité nationale.

L'administration Trump, qui soupçonne Huawei d'espionnage au profit de Pékin - ce que le groupe dément vigoureusement - lui a toutefois accordé un sursis de trois mois, soit jusqu'à mi-août 2019.

La technologie au coeur d'un futur accord USA-Chine

Les propos du président américain à propos d'un assouplissement des restrictions lourdes visant Huewai interviennent dans la foulée de l'annonce faite avec homologue Xi Jinping d'une trêve dans leur conflit commercial et technologique, les autorités de Washington D.C renonçant en particulier à taxer encore davantage les importations chinoises.

Les deux parties ont convenu de reprendre les négociations pour trouver un grand accord commercial, mais sans donner immédiatement de calendrier, ni de détails sur les concessions qui auraient permis de relancer les discussions. Les grandes ambitions technologiques de la Chine devraient être un volet majeur dans ces négociations.

Frédéric Bergé avec AFP