BFM Business

Télécoms: Donald Trump signe un décret anti-Huawei

En février, Donald Trump tweetait qu'il souhaitait que les États-Unis remportent la bataille de la 5G et "non en bloquant les technologies plus avancées actuellement" de Huawei.

En février, Donald Trump tweetait qu'il souhaitait que les États-Unis remportent la bataille de la 5G et "non en bloquant les technologies plus avancées actuellement" de Huawei. - AFP

Le président des États-Unis a signé un décret mercredi interdisant les opérateurs américains de se fournir auprès d'entreprises étrangères, excluant de fait le chinois Huawei. Pékin avait préalablement dénoncé un abus de pouvoir.

Donald Trump a interdit mercredi aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant la Chine en pleines tensions commerciales avec Pékin. Le Président américain a prétexté une "urgence nationale" pour prendre ce décret, s'appliquant notamment au géant chinois Huawei. 

Cette mesure est justifiée par la Maison Blanche par le fait que des "adversaires étrangers exploitent de façon croissante des vulnérabilités dans les services et les infrastructures technologiques de l'information et de la communication aux Etats-Unis".

Le décret présidentiel assure répondre aux "actes malveillants favorisés par internet, dont l'espionnage économique et industriel au détriment des Etats-Unis et de sa population".

Pékin dénonce un abus de pouvoir

Interrogées sur l'éventualité de l'adoption à Washington d'un tel décret, les autorités à Pékin avaient préalablement dénoncé un abus de pouvoir visant selon elles à écarter les entreprises chinoises du libre jeu de la concurrence.

"Cela fait un certain temps que les Etats-Unis abusent de leur puissance nationale pour jeter de façon délibérée un discrédit sur les entreprises chinoises et les refouler ainsi à tout prix, ce qui n'est ni juste, ni respectable", a commenté Geng Shuang, un porte-parole de la diplomatie chinoise.

Il a accusé Washington de recourir au "prétexte de la sécurité nationale" pour empêcher les entreprises chinoises d'investir et de prendre des parts de marché aux Etats-Unis.

Jean-Christophe Catalon avec AFP