BFM Tech

StopCovid: le Ministère de la Santé mis en demeure par la Cnil pour plusieurs "irrégularités"

StopCovid n'a permis de signaler que 14 cas de risque de contamination depuis sa mise en service, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat au Numérique

StopCovid n'a permis de signaler que 14 cas de risque de contamination depuis sa mise en service, a indiqué mardi le secrétaire d'Etat au Numérique - Denis Charlet © 2019 AFP

Le gendarme des données personnelles estime que l'application de traçage numérique respecte pour l'essentiel le RGPD. Plusieurs ajustements sont néanmoins nécessaires.

StopCovid gagne encore à être peaufinée. Ce 20 juillet, et à la suite de trois contrôles lancés en juin, la Commission nationale informatique et libertés a rendue publique une mise en demeure à l'encontre du Ministère des Solidarités et de la Santé, pour "plusieurs irrégularités" repérées sur l'application de traçage numérique.

Parmi elles, des manquements ponctuels sur l'information fournie aux utilisateurs à propos des destinataires de leurs données, sur la nature précise du contrat de sous-traitance conclu entre le Ministère et l'Inria et, enfin, sur une analyse d'impact sur le traitement des données à des fins de sécurité, jugée incomplète.

Un mois pour se mettre à jour

Le Ministère dispose d'un délai d'un mois pour procéder à ces quelques ajustements, faute de quoi des sanctions seront envisagées. Pour le reste, l'application concoctée par le gouvernement français est saluée pour son respect du RGPD, le règlement européen sur la protection des données personnelles.

Une nouvelle version de l'application, déployée fin juin, a en effet enterré une faille qui aura fait remonter l'ensemble de l'historique de contacts des utilisateurs au serveur central, et non les seuls contacts les plus susceptibles d'avoir été exposés au virus.

Pour rappel, StopCovid, lancée le 2 juin, permet à ses utilisateurs de recevoir une notification dès lors qu'ils présentent un risque d'avoir été exposés au Covid-19. Son bilan est pour l'heure mitigé. Après trois semaines de lancement, StopCovid recensait 1,9 million de téléchargements sur iOS et Android et 1,8 million d'activations, pour 460.000 désinstallations. Avec un nombre d'alertes très limité: seules 14 notifications invitant à se rendre chez un médecin avaient été comptabilisées. La Direction générale de la santé évalue désormais le nombre de téléchargements à 2,3 millions, soit environ 3% de la population. De quoi placer la France en queue des pays européens.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech