BFM Business

Starlink: le service d'Internet par satellite d'Elon Musk bientôt fonctionnel partout dans le monde

Le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk, à Berlin le 1er décembre 2020 pour la cérémonie du prix Axel Springer Award

Le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk, à Berlin le 1er décembre 2020 pour la cérémonie du prix Axel Springer Award - Britta Pedersen © 2019 AFP

L'entreprise annonce avoir déployé près de 2.000 satellites capables de proposer une connexion Internet à travers la planète. Starlink doit désormais convaincre les différents régulateurs.

La promesse d'une connexion Internet très haut débit par satellite à grande échelle est en train de devenir une réalité. Lors d'une conférence rapportée par l'agence Reuters, la responsable de Starlink au sein de l'entreprise SpaceX annonce que le réseau mis en place par l'entreprise d'Elon Musk sera fonctionnel dès le mois de septembre, au niveau mondial.

Internet dans les zones les plus reculées

"Nous avons déployé avec succès quelque 1.800 satellites et dès qu'ils auront tous atteint leur orbite opérationnelle, nous proposeront une couverture mondiale et continue, probablement aux alentours du mois de septembre" a ainsi annoncé Gwynne Shotwell, directrice d'exploitation de SpaceX. Elle ajoute que la prochaine étape est de s'accorder avec les régulateurs du monde entier.

Si une couverture mondiale est déjà envisageable avec moins de 2.000 satellites, Elon Musk ambitionne de lancer 12.000 satellites à moyen terme afin de resserrer le maillage, avant de viser les 40.000 satellites par la suite.

Grâce à un vol en orbite basse, ces satellites sont déjà capables de fournir une connexion oscillant entre 50 et 150 Mbit/s avec une faible latence (20 à 40 ms). Le but est de fournir un abonnement Internet, facturé une centaine d'euros par mois, y compris dans les zones les plus reculées de la planète.

En février 2021, Starlink a obtenu l'aval de l'Arcep, le "gendarme" français des télécoms, pour déployer son réseau dans l'Hexagone où il est disponible en version bêta. Une autorisation liée à l'utilisation par les clients de petites paraboles individuelles pour capter le réseau.

Mais Elon Musk s'est aussi heurté à la réticence d'élus français. A Gravelines, dans le Nord, le maire s'est opposé au permis de construire d'une antenne relais de Starlink dans sa ville. A l'Assemblée nationale, les députés de la France Insoumise avaient tenté de faire voter en mars l'interdiction du déploiement de Starlink en France, sans succès.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech