BFM Business

LeWeb 13: Uber, l’appli qui fait trembler les taxis, valorisée 3,4 milliards de dollars

-

- - -

Cinq après avoir trouvé son idée de génie à Paris, Travis Kalanick revient en véritable star du web. En dépit de la fronde des taxis parisiens contre son application mobile de réservation de chauffeur privé.

L’histoire est belle. En 2008, Travis Kalanick se rend pour la première fois à la conférence LeWeb. Une année particulière puisque Paris sous la neige est complètement paralysé. Notre américain ne trouve pas de taxi. Ce qui lui donne l’idée de créer Uber, une application mobile qui permet de commander un chauffeur privé. Le smartphone localisant les véhicules les plus proches.

Cinq ans plus tard, c’est en véritable star du web que Travis Kalanick a été accueilli par Loic Le Meur. Ce qu’il est devenu. Cet été, Uber a levé 330 millions de dollars, valorisant l’entreprise 3,4 milliards de dollars. Pas mal pour une entreprise de quelque 500 personnes qui, selon le site TechCrunch, aurait enregistré un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars. Uber qui dessert une soixantaine de villes dans le monde souhaite étendre son emprise en Asie (Shenzhen, Pékin, Tokyo…) en Amérique du Sud (Mexico, Bogota…) mais aussi dans les émirats arabes, à Abou Dabi ou Dubaï.

La France et "sa loi protectionniste"

En France, Uber s’est vite trouvé confronté à la vindicte des 18.000 chauffeurs de taxis parisiens qui ont vu dans le service une concurrence "déloyale", certains de ces véhicules enfreignant l'interdiction qui leur est faite de prendre des clients à la volée. Pour se concilier avec la profession, Uber a ouvert, en avril dernier, son application aux taxis parisiens qui le souhaitent.

En octobre dernier, le gouvernement a toutefois décidé d’arbitrer en faveur des taxis traditionnels. A partir du 1er janvier 2014, les acteurs de la "voiture de tourisme avec chauffeur" (VTC) comme Uber mais aussi SnapCar ou LeCab à attendre quinze minutes entre la réservation et la prise en charge du client.

"Une loi protectionniste", s’est écrié Travis Kalanick sur la scène de LeWeb. A la question de Loïc Le Meur de savoir s’il souhaitait rencontrer la ministre Fleur Pellerin, annoncée à l’événement le jeudi 12 décembre, pour en discuter la réponse a été laconique. "C’est une perte de temps."

>> Les dernières infos sur LeWeb13 dans le dossier de 01Net

Xavier Biseul