BFM Tech

Le FBI incapable de déverrouiller un iPhone? "Des conneries" pour Snowden

Edward Snowden en octobre 2015

Edward Snowden en octobre 2015 - LOTTA HARDELIN / DAGENS NYHETER / AFP

Le lanceur d'alerte Edward Snowden ne croit pas du tout à la version du FBI concernant l'affaire qui l'oppose à Apple.

"That’s bullshit". C'est par ces mots poétiques - signifiant "Ce sont des conneries" - qu'Edward Snowden a désigné les arguments du FBI dans sa lutte contre Apple. L'homme qui a dénoncé la surveillance massive de l'Agence nationale de la sécurité américaine (NSA) en 2013 ne croit pas une seconde que le FBI soit réellement incapable de déverrouiller un iPhone par lui-même. Depuis un mois, Apple refuse d'aider les enquêteurs à accéder aux données de l'iPhone 5c de l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino. L'attentat terroriste avait fait 14 morts en Californie en décembre dernier. 

Pour appuyer son commentaire, Snowden a également tweeté le lien d'un article publié par Daniel Kahn Gillmor, de l'Union américaine pour les libertés civiles. On peut y découvrir une méthode permettant à n'importe quel utilisateur très averti de venir à bout du mot de passe qui protège les données d'un iPhone. Et ce malgré les protections spécifiques à iOS qui rendent les données inaccessibles après dix tentatives erronées. 

Daniel Kahn Gillmor n'est pas le premier à proposer des méthodes au FBI pour mettre à mal les protections de l'iPhone. Sur YouTube, de nombreuses vidéos offrent des solutions allant dans ce sens. Si bien que de nombreux spécialistes accusent tout simplement le FBI de bluffer.

L'autorité américaine est soupçonnée de vouloir se servir d'un cas particulier pour imposer de nouvelles contraintes juridiques aux fabricants de smartphones. Depuis plusieurs années, le FBI et la NSA militent pour un accès à des "portes dérobées" sur les millions d'appareils mis en vente. Le but étant de permettre aux services de renseignement d'avoir accès à toujours plus de données, officiellement pour lutter contre le terrorisme. 

Face à cela, la plupart des géants de la Silicon Valley soutiennent Apple dans son opposition à ces directives. Tous tiennent à garder l'image d'entreprises qui protègent les données personnelles de leurs clients. Une image justement écornée par la révélation de leurs liens étroits avec la NSA... par Edward Snowden.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech