Tech&Co
Smartphone

Il achète un iPhone à la Fnac et découvre un morceau de carrelage dans la boîte

L'iPhone 13

L'iPhone 13 - Apple/Unsplash

Des escrocs ont trouvé un moyen pour le moins original de dérober des smartphones vendus en magasin. Au grand dam de certains clients malchanceux.

Une arnaque au remboursement sévit-elle en ce moment dans les magasins d'électronique? Le Parisien rapporte, en exemple, le cas de Fabien (le prénom a été modifié), qui s'est rendu à la Fnac du centre commercial Parly 2 pour y acheter un iPhone 13, le dernier téléphone de la marque Apple. En profitant d'une promotion, l'homme débourse un peu moins de 900 euros pour se le procurer.

La mauvaise blague se révèle une fois de retour chez lui, lorsqu'il offre le téléphone à sa compagne. Dans la boîte, pourtant scellée par les habituels rubans adhésifs, ni iPhone, ni objet életronique, mais une simple dalle de carrelage, imitant la taille et le poids du smartphone d'Apple.

Phénomène isolé, selon la Fnac

De retour au magasin, le client est informé que son smartphone avait fait l'objet d'un retour le matin même, après avoir été acheté une première fois par un individu ayant reglé en espèces. Ce dernier, revenu sur place peu de temps après, avait indiqué ne plus vouloir du produit, qui s'est finalement retrouvé dans les mains de Fabien. La Fnac a finalement procédé au remboursement.

D'après les informations du Parisien, plusieurs magasins d'Île-de-France en auraient été victimes récemment, bien qu'il s'agisse d'une première pour le centre commercial de Parly 2. Des informations niées par la Fnac auprès de BFMTV. Si l'entreprise confirme la mésaventure de Fabien, elle évoque un "phénomène isolé".

Toujours selon le Parisien, une note interne a d'ailleurs été diffusée par mail au sein de l'enseigne concernant ces arnaques. Le groupe confirme à BFMTV que "suite au cas de Parly 2, une information préventive a été transmise aux magasins d’Île-de-France".

Toujours auprès de BFMTV, le groupe Fnac-Darty a confirmé qu'une enquête était actuellement en cours, dans "le cadre d'un process frauduleux de retour produit sur une catégorie bien spécifique". Le groupe précise également que les procédés liés à la vérification de produits ont été renforcés.

Victoria Beurnez