BFM Business

Quand Angélique marquise des anges vire au règlement de comptes

Anne Golon en 2015

Anne Golon en 2015 - AFP Nadine Goloubinoff

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. L'auteur des romans, Anne Golon, spoliée et ruinée, avait créé une société pour gérer les droits de la saga. Pour se mettre à l'abri des créanciers, elle a fait semblant de vendre l'essentiel du capital à des amis, qui se sont ensuite retournés contre elle et ont voulu prendre le pouvoir...

La série des Angélique, c'est une série de romans écrits à partir des années 50 par Anne Golon, qui se sont vendus à plus de 150 millions d'exemplaires dans le monde, ce qui les classe parmi les 10 livres français les plus lus dans le monde.

C'est aussi cinq films interprétés par Michèle Mercier et Robert Hossein sortis dans les années 60, qui ont réalisé 11 millions d'entrées en France, et ont été multi-diffusés à la télévision.

Mais c'est enfin des batailles de gros sous presque aussi rocambolesques que les romans eux-mêmes. "J'ai été spoliée, terriblement spoliée. J'ai été victime d'une agence indélicate, Opera Mundi, et d'éditeurs peu scrupuleux. Quand je réclamais des comptes, on me traitait de vieille folle. J'ai été obligée de faire des procès, alors que je n'avais plus rien pour vivre et que j'avais quatre enfants en âge d'études", racontait Anne Golon en 2009.

14 ans de procès

Ainsi, elle a mené durant 14 ans un combat contre son éditeur Hachette (qui avait racheté Opera Mundi en 1982) et le détenteur des droits des films, Studio Canal. Une bataille qui a ruiné Anne Golon, notamment en frais d'avocats. L'écrivain tente alors de se mettre à l'abri de ses créanciers, notamment de son avocate. Elle veut notamment mettre à l'abri la société qui gère et commercialise les droits de la saga, Archange International SARL, détenue à 89% par Anne Golon et ses filles Nadia et Marina. 

En 1997, la famille Golon vend donc la quasi-totalité de ses actions à trois amis de la fille Nadia Golon: les peintres Régile et Iva Garo, et l'ex-mari de cette dernière, Jean Berberian, un fonctionnaire des P&T à la retraite.

Cette cession est due aux "agissements et menaces téléphoniques", de l'avocate de la famille Golon, "liées aux difficultés financières", indique la résolution adoptée. Et Anne Golon ajoute dans une lettre: "Cette décision est motivée par la situation précaire dans laquelle je me trouve actuellement, de par le fait du résultat du jugement en appel auprès du bâtonnier de Paris, qui me condamne à payer une somme importante (51.830 euros) à mon ancienne avocate".

Il est convenu que les actions seront rendues lorsque les choses iront mieux. Jean Berberian écrit ainsi à Anne Golon: "les parts que vous me cédez sont une garantie sur le prêt de 4.573 euros que je vous ai accordé avec un taux de 5% l'an. Je m'engage à vous recéder ces dites parts dès remboursement de ce dit prêt".

Plus tard, la famille Golon expliquera à la justice qu'en réalité, ces cessions d'actions étaient fictives et "avaient un objet illicite: organiser l'insolvabilité apparente pour échapper aux poursuites d'un créancier qui avait menacé de saisir les parts".

Entre temps, les deux amies sont aussi embauchées: Régile est recrutée par Archange International SARL comme "chargée de communication" à 1.154 euros par mois (un emploi lui aussi fictif, dira plus tard la famille Golon). Tandis que Yva Garo est salariée par les Editions du Refuge SARL, une société suisse détenue par les Golon et leurs deux amies.

Jackpot en vue

Finalement, le 22 novembre 2004, un accord amiable est enfin trouvé avec Hachette et Studio Canal. Anne Golon récupère ses droits, plus une somme qui s'élèverait à 152.449 euros.

Cet accord ouvre la voie à de nouvelles adaptations de la saga. Ariel Zeïtoun achète ainsi les droits pour réaliser un nouveau film, ce qui pourrait faire rentrer jusqu'à 1,5 million d'euros dans les caisses d'Archange International SARL. En 2007, Sony signe aussi un accord pour une comédie musicale, produite avec Dove Attia et qui doit se jouer en 2011.

Coup d'Etat

Bref, la société Archange International SARL, qui vivotait jusqu'alors, va peut être enfin voir rentrer de l'argent. Hasard ou coïncidence, c'est alors que les trois amis, qui avaient acheté (ou fait semblant) la quasi-totalité de la société en 1997, prennent leur rôle au sérieux et font un coup d'Etat. En juin 2008, Jean Berberian envoie une lettre pour dire qu'il n'a finalement pas l'intention de revendre ses parts à Anne Golon. Et Iva Garo se fait nommer co-gérante, avec un droit de veto sur toutes les décisions. 

La famille Golon contre-attaque alors. La fille Nadia va voir Jean Berberian, et lui fait signer la revente de ses 50% à Anne Golon. Régile est licenciée pour "faute grave" et "faute lourde". Parallèlement, Iva Garo est révoquée de son poste de co-gérante d'Archange International SARL, et perd aussi le salaire que lui versait la société suisse qui est liquidée.

Les putschistes contre-attaquent

Les trois putschistes se tournent alors vers la justice. Régile saisit les prud'hommes, réclamant 59.000 euros. La famille Golon a beau arguer que Régile, vivant au Portugal, ne "fournissait aucun travail" et que son contrat était "fictif", elle ne parvient pas à fournir les preuves de ses dires. La justice juge son licenciement "sans cause réelle ni sérieuse", et lui accorde 24.000 euros. La famille Golon fait appel, mais en vain. Mais elle ne verse pas les sommes dues à Régile, qui doit faire un nouveau procès pour se faire payer...

Parallèlement, Jean Berberian (alors âgé de 79 ans) porte plainte au pénal pour "abus de faiblesse" et saisit le tribunal de commerce. Il affirme avoir revendu ses parts "sous l'effet de menaces". Il assure que, lorsque Nadia Golon est venu le voir, Nadia Golon l'a "menacé de poursuites pénales, et expliqué qu'il serait emprisonné", en étant "conduit au dépôt de la préfecture de police". Le tribunal de commerce donne alors raison à Jean Berberian:

"tous ces éléments donnent vraisemblance aux déclarations de M. Berberian, selon lesquelles, isolé et âgé, surpris à son domicile, ne connaissant pas le droit des sociétés, il se soit senti menacé d'une incarcération au dépôt, fut-elle temporaire; que, craignant pour sa liberté, il ait fini par signer l'acte de cession des parts, à la suite de menaces qui sont constitutives de violences. En conséquence, le consentement de M. Berberian, ayant été extorqué par la violence, a été vicié et n'est pas valable. La cession est donc nulle".

Le vent tourne

Toutefois, le vent tourne ensuite en défaveur des putschistes. La plainte au pénal de Jean Berberian est classée sans suite, comme une autre déposée par sa fille. Et la cour d'appel juge la cession de ses parts valable:

"La charge de la preuve du vice du consentement qu'il allègue, à savoir la violence, incombe à M. Berberian;
Force est de constater qu'il ne produit aucun élément de nature à établir la réalité des menaces et des pressions dont il prête l'emploi à Mme Nadia Golon; qu'il n'établit pas s'être trouvé, en raison de son état de santé ou de son âge, privé de tout ou partie de ses facultés intellectuelles et de son libre arbitre;
M. Berberian, défaillant dans l'administration de la preuve de l'existence d'un vice de son consentement, ne peut qu'être débouté".

Entre temps, le tribunal de commerce annule la vente en 1997 aux trois putschistes des actions de la famille Golon. Certes, ces cessions sont bien évoquées dans trois actes déposés au greffe. Mais le tribunal juge ces trois actes confus et contradictoires. Dès lors, ces trois actes "ne démontrent ni un accord sur le nombre de parts cédées, ni sur le prix", juge le tribunal. Surtout, les putschistes "n'apportent pas la preuve d'avoir payé les parts qu'ils auraient acquis". Pour s'en sortir, Régile prétend qu'on lui a fait cadeau gratuitement de ses parts, mais sans convaincre... Bref, cette pseudo-cession étant annulée, la famille Golon redevient donc majoritaire. Le tribunal de commerce annule aussi la nomination de Iva Garo comme co-gérante. 

Feu de tout bois

Mais les putschistes ne lâchent pas l'affaire: ils font appel, puis se pourvoient en cassation, à chaque fois en vain. Ils font feu de tout bois, accusant Nadia Golon des pires turpitudes: "fautes de gestion, irrégularités, faux et détournements". Ils fournissent notamment à la justice plusieurs actes où la signature de Jean Berberian est manifestement imitée. En outre, ils prétendent qu'Anne Golon a été mise sous la tutelle de sa fille Nadia. Enfin, sur son blog, Brigitte, la fille de Jean Berberian et Iva Garo, donne sa version de l'affaire et rappelle toute l'aide apportée aux Golon lorsqu'ils étaient dans la misère...

Mais tous ces arguments sont balayés par les juges. Nadia Golon est juste condamnée à verser aux putschistes 2.000 euros de dommages pour ne pas avoir consulté dans les formes les actionnaires d'Archange.

Tous perdants

Finalement, Sony renonce en 2008 à sa comédie musicale, officiellement échaudée par des menaces d'Ariel Zeitoun qui affirme que les droits vendus à Sony empiètent sur les droits qu'il a acquis. Puis, fin 2013, sort le film d'Ariel Zeitoun, qui fait un four (116.000 entrées), très loin de rentabiliser son gros budget (15,75 millions d'euros). Ariel Zeitoun place sa société de production Ajoz Films en procédure de sauvegarde en 2014, et la liquide finalement en mars 2018. Archange International SARL et les Golon, qui devaient recevoir un pourcentage des entrées, ne touchent donc pas grand chose. Archange International SARL, sans plus aucune activité et ne pouvant plus honorer ses dettes, est liquidée en 2016. Enfin, Anne Golon décède le 14 juillet 2017, à l'âge de 95 ans.

Contactée, l'avocate des trois "putschistes" Isabelle Wekstein n'a jamais répondu. De son côté, Jean-Camille Hénin déclare: "cette histoire avait beaucoup contrariée et déçue Anne Golon durant ses dernières années, mais sa fille Nadia s’en est occupée avec un grand dévouement et continue à défendre l’œuvre de sa mère en travaillant à sa publication et diffusion. Anne Golon mériterait un hommage pour sa carrière d’auteur populaire au meilleur sens du terme".

la répartition du capital

Archange International SARL En mars 1996 Simone Changeux épouse Goloubinoff (Anne Golon): 32% Nadine Goloubinoff (Nadia Golon): 32% Marina Goloubinoff: 16% Yvette-Louisa (Yva) Garo: 10% Régine Lebouché (Régile): 10%

En juin 1996
Simone Changeux épouse Goloubinoff (Anne Golon): 51%
Nadine Goloubinoff (Nadia Golon): 32%
Marina Goloubinoff: 6%
Yvette-Louisa (Yva) Garo: 6%
Régine Lebouché (Régile): 5%

Les Editions du Refuge SARL (Suisse)
En mars 2004
Simone Changeux épouse Goloubinoff (Anne Golon): 25%
Nadine Goloubinoff (Nadia Golon): 25%
Yvette-Louisa (Yva) Garo: 25%
Régine Lebouché (Régile): 25%

En décembre 2005
Nadine Goloubinoff (Nadia Golon): 30%
Yvette-Louisa (Yva) Garo: 25%
Régine Lebouché (Régile): 25%
Fleya Ugalde Fernandez: 5%
Anna Ludlow Jadwiga: 5%
Gennady Ulman: 5%
Maria Wariwoda Krystyna: 5%

Source: Fosc

les résultats d'archange international sarl

Chiffre d'affaires 2004: 0 2005: 0 2006: 0 2007: 34.600 2008: nc 2009: 44.208 2010: 64.251 2011: 83.289 2012: 91.109

Résultat net
2005: +19.167
2006: -15.893
2007: -20.700
2008: nc
2009: -11.621
2010: +238
2011: +3.946
2012: +2.158

Source: comptes sociaux

Jamal Henni