BFM Business

Pourquoi le cours du bitcoin s'envole au-delà des 23.000 dollars

Le cours du bitcoin a franchi un nouveau cap.

Le cours du bitcoin a franchi un nouveau cap. - AFP

Le cours de la cryptomonnaie a tout juste battu son record historique et continue de grimper. Sa valeur a plus que triplé depuis le début de l’année.

La frénésie qui l'entoure fait basculer le bitcoin dans l'inconnu. La plus populaire des cryptomonnaies a battu ce 16 décembre un nouveau record historique, en dépassant les 20.000 dollars, avant de grimper au-delà des 23.000 dollars, le tout en moins de 24h. En un an à peine, sa valeur a ainsi plus que triplé.

Cette hausse fulgurante pourrait rappeler l’engouement de fin 2017, date à laquelle le bitcoin s’était approché des 20.000 dollars. Les parallèles sont nombreux mais le contexte a changé. Le bitcoin a entre temps gagné en crédibilité. Bien au-delà des simples spéculateurs isolés, il suscite une demande accrue des investisseurs traditionnels.

De solides appuis

Ainsi de Paul Tudor Jones et Stanley Druckenmiller, deux gestionnaires de fonds spéculatifs de renom, qui ont tous deux signifié leur intérêt pour le bitcoin cette année. Plus récemment, ce mardi 15 décembre, le gestionnaire d’actifs britannique Ruffer a révélé avoir investi près de 2,7% de son portefeuille dans le bitcoin. La société gérait près de 20,3 milliards de livres sterling, soit près de 22,5 milliards d'euros, d'actifs fin novembre.

A cela s'ajoute l'appui d'acteurs traditionnels du paiement. Le 21 octobre, le géant des paiements en ligne Paypal annonçait son intention de lancer un service d’achat, de vente et de paiement par cryptomonnaies. Quelques jours auparavant, un autre géant américain du paiement indiquait avoir acheté pas moins de 4709 bitcoins, équivalent à l'époque de 50 millions de dollars. Le tout sans compter l'investissement réalisé par MicroStrategy, un éditeur américain de logiciels informatique qui annonçait mi-septembre avoir acquis près de 16.000 bitcoins.

"La hausse observée ces dernières semaines a des bases beaucoup plus solides que celle de fin 2017", explique Sébastien Gouspillou, gérant de BigBlock Datacenter, une société de minage de cryptomonnaies, et fin observateur du secteur. "Elle s'opère alors qu'émergent de véritables craintes sur la solidité du système bancaire et que grandit la menace sur l'épargne. A cela s'ajoute, il faut bien l'admettre, une spéculation débridée des traders de tous bords. Tout est réuni pour une forte hausse du bitcoin, dont le cours était probablement sous-estimé jusqu'à présent".

Le nouvel or ?

Le bitcoin vient par ailleurs faire office de valeur refuge, dans un contexte de forte instabilité des marchés financiers, note Quentin de Beauchesne, de la communauté spécialisée CryptoFR. "Cela vaut aussi bien pour le petit porteur que pour les fonds ou entreprises", précise-t-il.

"Mais l'or et le bitcoin sont encore difficilement comparables. Si la capitalisation du premier avoisine les 12.000 milliards, celle du bitcoin plafonne encore à 436 milliards". Dans une récente note, JPMorgan prévoyait néanmoins que l'appétit des investisseurs traditionnels pour le bitcoin pourrait à terme nuire à l'or, relevait CNBC.

Les paris vont bon train sur l'augmentation du cours du bitcoin. Ce mercredi, le directeur des investissements de Guggenheim Investments, Scott Minerd, est allé jusqu'à prévoir une envolée de son cours jusqu'à 400.000 dollars, notamment en raison du nombre limité de bitcoins à 21 millions d'unités. D'autres magnats de la finance, dont Warren Buffett, restent extrêmement sceptiques face au bitcoin, quitte à le comparer à un simple jeu de hasard. Après avoir brillé fin 2017, avoisinant déjà les 20.000 dollars à l'époque, le bitcoin était en 2018 brutalement retombé à 6.000 dollars, avant de s'effonder autour des 3.000 dollars à peine en fin d'année, par une illustre leçon d'humilité.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech